Dépistage du SIDA : tests gratuits et anonymes sur le campus de Carlone

0
101
En France, 50.000 personnes ignorent leur séroposivité.

Camion-santé du Conseil Général, représentants de Sida Info Service (SIS), personnels de santé et mutuelles étudiantes étaient présents, hier, à l’université de Carlone. L’occasion de répondre aux interrogations des étudiants niçois et de proposer un test de dépistage, gratuit et anonyme, du sida.

Un dispositif d’envergure a pris place hier sur l’esplanade de l’université de Lettres, à Nice. Tout au long de la journée, l’opération a rencontré un franc succès auprès des étudiants. Des dizaines d’entre eux se sont rapidement inscrits sur les listes d’attentes afin de se faire dépister. Pauline, étudiante de 18 ans, explique les raisons de cette réussite : « On n’a pas besoin d’aller au centre de dépistage, ils viennent directement nous voir sur le campus, c’est une bonne chose.» 

Ces dernières années, on observe chez les jeunes, une hausse des comportements à risque et une négligence plus accrue. A noter que les 18-25 ans représentent 22% des nouvelles contaminations. Pour mettre un frein à la propagation du sida en région PACA, deuxième région la plus contaminée après l’Ile de France, les associations ont décidé d’élargir leurs actions. Après Marseille, les campus niçois bénéficient depuis l’année dernière d’un service de dépistage intra-muros. 

 Le TROD : l’assurance d’un diagnostic rapide

Phobique des prises de sang ? Le Test Rapide d’Orientation Diagnostic (TROD) est la solution pour les angoissés des aiguilles. Il permet aussi aux associations de se déplacer et d’aller à la rencontre des gens. Jean-Pierre Paringaux, chargé de mission animation du réseau SIS détaille le processus : « On prend une goutte de sang au bout du doigt. On la met ensuite dans un petit appareil qui va nous dire en moins de deux minutes si vous êtes positif ou négatif. » Quant à la fiabilité du procédé, elle est incontestable : « C’est fiable à 100%, poursuit Jean-Pierre Paringaux, mais il y a une condition :  le résultat ne prendra pas en compte les prises de risques des trois derniers mois ». Stéphanie, 26 ans, est ravie de ce fonctionnement : « Je crains les prises de sang. Je ne me suis jamais faite dépistée avant car j’avais une réelle appréhension liée à l’aiguille. »

En cas de résultat TROD positif, le patient doit malgré tout se rendre dans un Centre de Dépistage Anonyme et Gratuit pour faire une prise de sang. « Ce n’est pas une question de fiabilité. Le deuxième dépistage donne davantage de renseignements indispensables pour les traitements » conclut Jean-Pierre Paringaux.

Au printemps prochain, de nouvelles actions de dépistage seront organisées dans trois campus niçois.

–> Pour connaître les dates et lieux de ces rencontres : sidainfoservice.org ou cg06.fr.

Elsa Gabbi