Dénudées pour être filmées

0
245

Deux fillettes du collège Joseph-Pagnol à Saint-Laurent-du-Var ont été victimes, vendredi dernier, d’un fait divers humiliant. Deux autres filles plus âgées les ont enfermées dans les toilettes en les forçant à se déshabiller. L’une d’entre elles a même été filmée. Il est midi en cette veille de week-end. Deux jeunes adolescentes de 11 ans vont tour à tour être emmenées dans les toilettes par deux autres camarades plus âgées. Pas de surveillance, les deux aînées en profitent pour exercer leur tyrannie. Elles leur ordonnent de se déshabiller. C’est la stupeur. Les deux jeunes fillettes s’exécutent sous le menace verbale, presque physique. L’une des deux a même du le faire tout en étant filmée. Le but : diffuser la vidéo sur le net et au sein même de l’établissement scolaire. même si aucune des deux filles n’a été filmée ou placée dans des positions indécentes et que la vidéo a finalement été supprimée. ces deux jeunes filles sont sous le choc.

Les parents des victimes ont aussitôt alerté la principale du collège. Une audition a été organisée au commissariat de police de Cagnes entre tous les prévenus.« Il a fallu que ma fille dise à deux autres amies que les agresseurs allaient lui faire subir le même sort pour que l’affaire arrive aux oreilles de la directrice » a déclaré, en colère, le père d’une des fillettes. En effet, sans cela rien n’aurait été ébruité car des menaces de représailles planaient sur les deux collégiennes si elles osaient aller raconter l’histoire.

L’école responsable ?

Le parquet a décidé pour le moment de ne donner aucune suite pénale à cet incident. Mais le père d’une des adolescentes ne compte pas en rester là et a saisi l’inspection académique. Selon ses dires, l’école devrait être poursuivie pour non-assistance à personne en danger. « Au début de l’année, on nous a dit qu’un surveillant se placerait devant les toilettes. Comment n’a-t-il pas pu se rendre compte de quelque chosé » s’étonne celui-ci.

En tout cas, après les jeux dangereux voire mortels (comme le jeu du foulard responsable de plusieurs morts ces dernières années), il ne faudrait pas que ce genre d’activités ne devienne une nouvelle mode. Ce qui est sûr c’est que cette nouvelle histoire relance le débat sur un meilleur encadrement des élèves dans les cours de récréation.

Maxime Ricard