Dans les coulisses du prestigieux Carnaval de Nice

0
279

Du 14 février au 4 mars prochain, les festivités sur fond de gastronomie seront à l’honneur dans le centre ville niçois. 

C’est dans un hangar sombre et bruyant que prennent forme des dizaines de chars. Des mains, des têtes, des corps désarticulés envahissent la pièce par leur immensité. Une odeur de produits chimiques flotte dans l’atmosphère et prend possession du lieu. Alors que l’heure du carnaval arrive à grands pas, les carnavaliers sont en pleine préparation de la prochaine édition sur le thème de la gastronomie.

Un travail minutieux

Un an jour pour jour, c’est le temps nécessaire à la confection des pantins. De l’appel d’offre européen quelques jours après la fin du carnaval 2013, aux dernières retouches cinq minutes avant le départ des chars le jour J, c’est un ouvrage délicat.

Tout commence par des croquis: des illustrateurs réalisent les dessins des futurs maquettes, les meilleurs sont alors retenus par l‘Office du Tourisme de Nice. Cette année, dix-huit chars représenteront la gastronomie déclinée sous toutes ses formes: cuisine moléculaire, nouvelles protéines du futur, légumes transgénique, malbouffe, et bien d’autres.

Vient ensuite la redimension des ébauches. Il faut les remanier du 2D au 3D afin d’avoir une vision à 360° du char. La tâche la plus difficile revient par la suite aux carnavaliers. Ils ont pour mission de donner vie aux croquis. Ils sons plus de 40 à se mettre en scène, certains revêtis par une salopette qui leur donne un côté burlesque. Passionnés par ce monde de fête et de couleurs, ces artistes de l’ombre utilisent différentes techniques et matières, toujours plus surprenantes, pour accentuer le réalisme des marionnettes.

Le corso carnavalesque se moque du puissant :François Hollande et Angela Merkel sont caricaturés de façon amusante. Il critique aussi les affres de la société. Les chars livrent des messages qui peuvent assimiler plusieurs lectures des spectateurs.

Recelant de magie et de féerie le jour, ce hangar se referme le soir, loin des regards curieux, pour renaître dans quelques semaines devant les yeux éblouis de millier d’enfants et d’adultes.

Paola Di Luca


Warning: A non-numeric value encountered in /home/ecoledujie/news/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 998