Damien Saez : ce « Fils de France »

0
423
Victoires de la musique 2009
Damien Saez aux Victoires de la Musique 2009, l'artiste prend l'antenne en otage pendant 10 minutes.

Utopiste, Damien Saez prône la liberté et l’anarchisme de l’esprit à l’heure où nos ados consomment l’Amour comme ils consument une clope. Auteur, compositeur, musicien, interprète, chef d’orchestre et producteur, il est un touche- à-tout. Damien Saez s’apprête à sortir son 9e album : « Miami ».

Incisif, calme, tempétueux, sur le fil du rasoir, fragile, mélancolique… Des pierres lancées au ciel comme pour dire « Dieu est mort ». Damien Saez est de ces artistes évanescents engagés dans une lutte idéologique enrobée d’une poésie aux saveurs de Jacques Brel, Barbara et Bertrand Cantat. Comme un radeau perdu au milieu d’une mer médiatique, Damien Saez prend le large vers des nébuleuses isolées où rage et mélancolie sont reines.

Jeunesse lève-toi…

Depuis plus de 13 ans, sa voix est l’étendard d’une jeunesse grignotée par une société de plus en plus affamée de dollars et d’iPhone. Musicien indépendant, Damien Saez est de ces gamins sortis tout droit du conservatoire. Jeunesse difficile, sans repère paternel, il s’est construit auprès de sa mère d’origine algérienne. Cocktail à la fois français, espagnol et algérien, Damien Saez a profité d’une culture multiethnique aux horizons religieux ouverts.

A l’âge de 22 ans, il sort sa première chanson, « Jeune et con », le succès est immédiat. Un titre fédérateur auquel s’identifie la génération de l’artiste.

Victoires de la musique 2009
Damien Saez aux Victoires de la Musique 2009, l’artiste prend l’antenne en otage pendant 10 minutes.

La cohérence d’une œuvre

Âgé aujourd’hui de 35 ans, Damien Saez garde toujours le cap sur ses idéaux. Plus mûr, plus engagé, plus talentueux. La voix de l’artiste, si particulière, s’est joliment brisée au fil du temps et est transportée par une diction singulière. La douleur, l’espoir et la force s’entremêlent autour d’une composition musicale originale signée lui-même. Seul, il a écrit, orchestré et produit son dernier triple album, « Messina ». En 2005, dans un souci de liberté et de cohérence, l’artiste quitte Universal et produit lui- même ses propres albums « Je n’ai pas de revenus autres que ceux des concerts. Mes disques ne se remboursent pas. » (Télérama).

La sincérité de l’artiste se ressent partout dans son œuvre mais également dans son mode de vie, simple, et dans ses très exceptionnelles apparitions télévisuelles où il ne manque jamais de délivrer un message.

Olivier DELUERMOZ