Cri d’alarme de 15 000 scientifiques : les 5 mesures pour changer le monde de demain

0
740
CP : futura-sciences.com

Plusieurs milliers de scientifiques ont signé une tribune parue dans la revue « BioScience » pour alerter sur la situation de la Terre. La biodiversité étant en danger les scientifiques proposent plusieurs mesures afin de changer nos habitudes de consommation. Des mesures réalisables sur le long terme et d’autres réalisables dans l’immédiat. Mais qu’est-il possible de faire sur l’instant T afin d’aider notre chère planète à respirer à nouveau ?

  • Rendre leur place aux végétaux
CP : industrie-agroalimentaire.com

Il est nécessaire de maintenir les services écologiques qu’offre la nature en arrêtant la destruction des forêts, des prairies et d’autres habitats naturels. Une possibilité, si l’homme cesse de transformer ces habitats en zone d’exploitation. Pour les minières de métaux par exemple ou pour développer des cultures utiles aux animaux d’élevage. Il faut savoir que la forêt Amazonienne perd 1.350 m2 chaque seconde, ce qui correspond à la surface d’un terrain de football, toutes les 7 secondes. La déforestation engendre la disparition de milliers d’espèces. Plus de 50% des espèces animales terrestres ont disparu en 40 ans. Il est conseillé à l’Homme de restaurer les communautés de plantes à grande échelle et en particulier les paysages forestiers. L’ingénierie écologique pourrait être une solution pour restaurer la biodiversité. Comme avec la réintroduction de vers ou de termites qui restructurent les sols. À ne surtout pas oublier : sans les plantes, l’être humain ne peut respirer.

Plus d’éléments sur comment restaurer durablement les écosystèmes :
http://ideas4development.org/on-restaurer-durablement-les-ecosystemes/

  • Privilégier une alimentation végétale
CP : Blog L214

Les chercheurs promeuvent une réorientation du régime alimentaire. Pour débuter, par la réduction de la consommation de viande. Puis par une alimentation d’origine essentiellement végétale. Les zones de production utilisées pour l’élevage intensif pourraient servir à la plantation de graines. Et permettre à une grande quantité de personnes dans le monde de se nourrir. L’élevage accaparant des quantités astronomiques de précieux aliments tels que le soja, le maïs, le blé… Cette nécessité d’adopter une alimentation végétale, s’explique aussi par les enjeux actuels portant sur l’eau. Les ressources par habitant ont chuté de moitié en 60 ans. Pour produire 1 000 kcal d’aliments d’origine animale, il faut compter 5 000 litres d’eau contre 1 000 litres si l’origine est végétale. La réduction de ces élevages permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Ce qui aura un impact direct et positif sur la pollution.

  • Apprendre aux enfants à aimer notre Terre-Mère
CP : Paris Match

Le gaspillage alimentaire est un enjeu important. En France on estime que près de 10 millions de tonnes de nourriture consommable sont jetées chaque année. Soit l’équivalent de 10 milliards de repas jetés à la poubelle. À l’échelle mondiale, le gaspillage alimentaire émet autant de gaz à effet de serre qu’un pays dont le niveau d’activité se situerait en 3e position juste après celui de la Chine et des USA. C’est inévitablement un gaspillage d’argent et il coûte cher. Entre 12 et 20 milliards d’euros par an en France. Soit l’équivalent de 159 euros par personne. L’une des solutions passe par l’éducation. En multipliant les sorties à l’extérieur pour les enfants. Ils vont développer une sensibilité envers la nature et donc apprendre à l’apprécier au sein de la société. La planète étant notre seul foyer, les enfants doivent dès leur plus jeune âge se rendre compte de ses ressources limitées.

  • L’accès à la contraception pour tous
CP : Le Monde

Les scientifiques énoncent la nécessité de réduire le taux de fécondité. La croissance démographique dans les pays en développement est en constante progression. Le taux de fécondité en Afrique est estimé à 4,7 enfants par femme contre une moyenne mondiale de 2,5. D’ici 2050 le Nigeria devrait atteindre 400 millions d’habitants contre 186 millions en 2016. Il faut prévoir une plus grande généralisation du planning familial et des programmes d’éducation pour les femmes. Plus de 200 millions de femmes n’ont pas accès à la contraception. Cela engendre des inégalités entre les pays du monde. À ce rythme, la population atteindra les 10 milliards d’habitants en 2050. Comment nourrir la planète entière ? La contraception pour tous est la première solution possible à ce jour.

  • Eviter l’extinction des espèces animales
CP : buzzly.fr

Les chercheurs alarment sur la mise en place de lois adéquates pour mettre fin au braconnage et au commerce des espèces menacées. Cela va de mise avec la création de réserves naturelles terrestres et marines, protégées et bien gérées. Ces lois devraient être obligatoires dans chaque pays où le braconnage est courant. Et les pots de vin des plus riches devraient être exclus. Plus de 20 000 éléphants d’Afrique ont été braconnés en 2013. La population des éléphants s’élevait à 1 million en 1970, il n’en reste plus qu’un tiers aujourd’hui. De plus 1 215 Rhinocéros ont été tués en 2014. En instaurant des lois qui ne laisseraient aucune chance aux braconniers, cette pratique devrait disparaitre. Les animaux sont des êtres à part entière sur notre planète. Il faut restaurer les processeurs écologiques naturels en évitant leur extinction.

Kelly Peyron