Coupe de France : les 11 exploits marquants des « petits » face aux « gros »

0
370
L’US Quevilly est un des clubs qui a marqué la Coupe de France. (CP Eurosport)

Le week-end dernier marquait l’entrée en lice des clubs professionnels de Ligue 2 lors du 7ème tour de la Coupe de France. De nombreux exploits ont été réalisés par les clubs amateurs face aux clubs professionnels en 100 éditions 

1957 :  El-Biar élimine le finaliste de la Ligue des Champions, Reims

Club pensionnaire de 4e division, El-Biar se situe dans la banlieue d’Alger. En pleine Guerre d’Algérie, les tensions sont évaporées grâce à l’exploit réalisé par le club algérien face au vice-champion d’Europe, le grand Reims. Le match se déroule à Toulouse devant très peu de spectateurs, qui voyaient déjà le match scellé. Mais c’était sans compter sur les buteurs Buffard et Jonquet, qui vont bousculer la hiérarchie. Le champion de France rémois se cassera les dents sur une défense très regroupée. C’est grâce à cet exploit que naîtra l’appellation du « petit poucet », qui désigne les équipes qui sont dans les plus petites divisions.

1996 : Nîmes qualifié pour la Coupe d’Europe

Les Nîmois n’ont pas réussi à soulever le prestigieux trophée au Parc des Princes face à l’AJ Auxerre de Guy Roux, mais le club évoluant en 3e division réussit à se qualifier pour la coupe d’Europe, une première pour un club amateur. Avant cela, les « crocodiles » avaient éliminés Saint-Etienne, Strasbourg et Montpellier, tous pensionnaires de Ligue 1.

1997 : Clermont renverse le PSG

L’affiche est clairement déséquilibrée entre Clermont (CFA, 4e division) et le PSG (1e division), comptant pour les huitièmes de finale. Les Clermontois sont mal partis et sont rapidement menés 4-1 par les Parisiens du brésilien Raï. Grâce à 3 buts en 18 minutes de Chastain, Le Bellec et Ngotty, les amateurs arrachent les prolongations et vont même s’imposer aux tirs aux buts après les échecs de Paul Le Guen et Vincent Guérin côté parisien. Le rêve prendra fin au tour suivant face au futur vainqueur l’OGC Nice, qui s’impose 2-1 après prolongations.

2000 : la fantastique épopée de Calais

Après avoir éliminé Bordeaux, champions de France en titre, et Strasbourg, les amateurs de Calais, pensionnaire de CFA, ont réussi l’exploit de disputer une finale au Stade de France face à Nantes. Ils mènent même au score grâce à un but de Jérôme Dutitre. Mais les Nantais vont renverser la tendance pour s’imposer 2-1. L’image de cette finale restera la remise de la coupe au capitaine du FC Nantes, Mickael Landreau, qui a demandé au capitaine adverse Réginald Becque, de venir soulever la coupe avec lui.

2007 :  Montceau les Mines fait taire le RC Lens

Les 4 divisions d’écart n’ont pas empêché le club du Nord d’éliminer Bordeaux en huitièmes de finale et Lens en quarts de finale. Christophe Alidor envoie les 12 000 spectateurs du stade des Alouettes au paradis du dernier carré. Le rêve du Stade de France prendra fin en demi-finale. Les pensionnaires de CFA seront battus par les futurs vainqueurs de la compétition, le FC Sochaux Montbéliard de Teddy Richert, avec la satisfaction de les avoir poussés jusqu’aux prolongations.

2008 : L’OM surpris par Carquefou

Le grand Olympique de Marseille partait largement favori face à la modeste équipe de Carquefou, qui avait éliminé Nancy au tour précédent. Mais l’équipe de CFA 2 va réaliser le match parfait pour mettre les Phocéens hors course. Devant les spectateurs du Stade de la Beaujoire acquis à leur cause, les Carquefoliens vont s’imposer sur le plus petit des scores. L’épopée prendra fin face au PSG de Pedro Miguel Pauleta qui s’imposera 1-0 en quarts de finale.

2009 : Le petit poucet Schirrein premier club départemental à accéder aux seizièmes de finale

Les Alsaciens de Schirrein, petite ville de 2000 habitants sont définitivement rentrés dans l’histoire de la Coupe de France, et ce n’est pas Clermont qui dira le contraire. Evoluant en Excellence (7e division), les joueurs de Schirrein ont mal démarré leur opposition face au club de Ligue 2 qui mène 2-0 à la mi-temps. Mais grâce à un public survolté, le petit poucet réussit l’exploit d’inscrire 4 buts en 45 minutes et se frottera à Toulouse au tour suivant, qui mettra fin à la belle histoire alsacienne (8-0).

2010 : les exploits de Quevilly, acte 1

Opposés au Stade Rennais en huitièmes de finale, les pensionnaires de CFA ont fait tourner la tête aux rennais, qui s’inclinent sur la plus petite des marges au stade Robert Diochon de Rouen. Seul club qui n’évolue pas en ligue 1, Quevilly va se frotter à l’élite, et à Boulogne. Un succès net et sans discussion 3 buts à 1, qui marque l’impuissance des Boulonnais. Opposés au Paris Saint Germain à Caen pour une place en finale, les Quevillais ont bataillé avec leurs armes mais s’inclinent 1-0 face au futur vainqueur de la coupe.

2011 : Chambéry endort 3 clubs de l’élite

Ils sont boulangers, électriciens, jardiniers et ils ont un point commun : ils ont participé aux exploits de Chambéry en Coupe de France. Monaco, Brest et Sochaux sont tombés dans le piège de l’équipe de 5e division. Angers (Ligue 2) se dresse face aux Chambériens pour les quarts de finale. L’exploit est possible mais les Angevins font respecter la hiérarchie et s’imposent 3-0. L’histoire retiendra que Chambéry est le premier club de CFA 2 (5e division) à éliminer 3 clubs de Ligue 1.

2012 : les exploits de Quevilly, acte 2

Le stade Michel D’Ornano se souviendra longtemps de l’édition 2012. En quart de finale, Quevilly reçoit l’Olympique de Marseille pour une affiche qui s’annonce déséquilibrée en raison des deux divisions d’écart. Mais les Normands réussissent à renverser les champions de France 2010 en prolongations et retrouvent Rennes dans ce même stade de Caen. Et alors que l’on se dirigeait vers les prolongations, Anthony Laup fait exulter le stade grâce à un but à la 93ème minute qui envoie Quevilly au Stade de France. Lors de la finale, les amateurs ne passeront pas loin de la victoire mais l’Olympique Lyonnais
évite le piège. Pour féliciter le club de National pour son excellent parcours, le capitaine lyonnais Cris soulève le trophée avec son homologue normand Grégory Beaugrard.

2014 : Montpellier surpris par l’AS Cannes

La tâche s’annonçait difficile pour l’équipe des Alpes-Maritimes, qui évolue en 4e division. En face se dressaient les champions de France 2012, Montpellier. Sur une pelouse en piteux état, les Montpelliérains ont trop gâché et se sont fait surprendre par l’attaquant cannois Zobiri à la 119e minute. Un des petits poucets, qui sera éliminé par Guingamp en quart de finale. Les Guingampais remporteront le derby breton face à Rennes et ainsi s’adjuger leur 2e coupe de France.

Analie Simon


Warning: A non-numeric value encountered in /home/ecoledujie/news/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 998