Coupe Davis : 9 raisons de croire à la victoire des Bleus

0
151
En 2014, la France s’incline en finale au stade Pierre-Mauroy contre la Suisse de Roger Federer et Stanislas Wawrinka. ©MaxPPP

Vendredi, les Bleus de Yannick Noah retrouvent le stade Pierre-Mauroy pour la finale de Coupe Davis. Une occasion en or pour les Français d’effacer les mauvais souvenirs de 2014 face aux Suisses. Après trois défaites consécutives en finale, on vous explique en neuf points pourquoi cette année la France va soulever le Saladier d’Argent pour la dixième fois de son histoire.

 

  • Une finale à domicile

L’enceinte du LOSC accueille pour la deuxième fois la finale de la Coupe Davis. Située à seulement dix kilomètres, la présence belge promet une ambiance festive. Le «chaudron» lillois ne demande qu’à s’embraser. En demi-finale, le stade Pierre-Mauroy a établi un nouveau record d’affluence cumulée sur le weekend pour une rencontre de Coupe Davis.

  • Les Français sont meilleurs à l’ATP

Emmené par le 7e joueur mondial, David Goffin, les Belges ne comptent que deux Top 100 dans la sélection. Les Français en comptent cinq (remplaçants inclus). Steve Darcis, le numéro deux belge est seulement 76e au classement ATP. Jo-Wilfried Tsonga (15e mondial) et Lucas Pouille (18e) sont les deux leaders dans le clan tricolore. Ils cumulent 7 titres cette saison contre seulement deux pour David Goffin. De nombreuses possibilités s’offrent à Yannick Noah. «Les six (joueurs sélectionnés) sont susceptibles de jouer, c’est notre force» souligne le capitaine des Bleus.

  • Avantage pour les Bleus aux face à face

David Goffin peine face aux Bleus. Tsonga mène 4 à 2 dans les confrontations contre le Belge. Cette année, Jo-Wilfried Tsonga a remporté face au Belge le tournoi Rotterdam sur dur intérieur, surface choisie par la FFT pour la finale. Lucas Pouille n’a jamais perdu face à David Goffin. Des raisons d’être confiant avant la finale.

  • Noah, un capitaine fédérateur

Arrivé en septembre 2015, Yannick Noah est un capitaine avec un fort charisme. Il est apprécié des joueuses et des joueurs français. Après une saison de Coupe Davis, les Françaises le sollicitent pour les accompagner en Fed Cup. Sa préparation mentale et ses discours motivants transcendent les joueurs à donner le meilleur d’eux-même sur le court. Il entretient une relation de confiance avec les Français. Il connaît bien Lucas Pouille car il l’a conseillé en 2015 avant de prendre la tête de la sélection. Yannick Noah a de l’expérience dans les compétitions par équipe en tant que tennisman mais aussi capitaine.

  • La France plus expérimentée en Coupe Davis

Les Français ont participé à dix-sept finales de cette prestigieuse compétition. Les Belges participeront seulement à leur deuxième ce weekend. Cette dix-huitième finale a un goût particulier pour les Français. Après avoir échoué en 2014, une nouvelle occasion se présente de remporter la decima.

  • Un double d’attaque

En Coupe Davis, le double est souvent décisif. La paire française Herbert/Mahut fait partie des meilleures au monde. Retenus par Yannick Noah, Pierre-Hugues Herbert et Nicolas Mahut ont remporté ensemble de nombreux titres majeurs l’an dernier. Ils répondent toujours présents en Coupe Davis. Durant les trois dernières années, ils ont remporté 74 % de leur match sur dur, surface choisie pour la finale.

  • Tsonga joue sur sa surface de prédilection

Jo-Wilfried Tsonga affectionne tout particulièrement le dur. C’est sur cette surface qu’il s’est révélé en 2009 en atteignant la finale de l’Open d’Australie. A Villeneuve d’Ascq, le public espère le voir mener la France vers le Saladier d’Argent. En 1996, la France a remporté, à Malmö, son huitième sacre sur dur intérieur. Yannick Noah était déjà le capitaine à l’époque. Va-t-il réussir à rééditer cette performance en 2017 ?

  • Benneteau, remplaçant de luxe

Auteur d’une belle fin de saison, Julien Benneteau est remplaçant de cette finale. Fin octobre, il a battu David Goffin, le numéro 1 belge, lors des Masters 1000 de Paris-Bercy. Pierre-Hugues Herbert n’est pas au meilleur de sa forme. Yannick Noah pourrait décider de l’aligner en double à l’issue du stage de Marcq-en-Barœul. Depuis trois jours, il est le partenaire d’entraînement de Nicolas Mahut. Yannick Noah annoncera l’équipe «au dernier moment».

  • Cette génération bleue mérite la reconnaissance

Des joueurs en fin de carrière. Julien Benneteau (34 ans), Jo-Wilfried Tsonga (32 ans) et Richard Gasquet (31 ans) ont l’une des dernières occasions de remporter un titre par équipe. Tous les grands champions l’ont remporté avant eux. Federer, Nadal, Djokovic, Murray, …

La compétition centenaire, délaissée par les meilleurs tennismen, est en danger. La réussite de la première édition de la Laver Cup pose de nombreuses questions quant à l’avenir de la Coupe Davis.

Geoffrey Leplang