COP21 : à chacun sa solution pour préserver la planète dans sa vie quotidienne

0
127

La COP21 démarrera dans quelques semaines. Si les Etats et les grands acteurs économiques vont prendre des décisions, chacun peut, toutefois, déjà agir à son niveau, dans sa façon de consommer, de s’alimenter, de se déplacer. 

La planète chauffe, il y a urgence. La préserver devient la responsabilité de tous. Selon un sondage IFOP, un Français sur deux a entendu parler des enjeux de  la COP21. Pourtant, ils ne sont que 19% à considérer que la modification de leurs habitudes de consommation est la meilleure solution pour limiter les émissions de gaz à effet de serre (GES). Or, adapter son mode de vie et sa façon d’acheter, c’est agir sur les entreprises qui produisent. Quelques gestes au quotidien peuvent lutter contre le réchauffement climatique : un programme en 5 points.

1.       Consommer responsable

Avec sept milliards d’habitants, l’alimentation constitue un enjeu du XXIème siècle. Réduire le gaspillage alimentaire, recourir à des circuits courts et locaux ou acheter des produits respectueux de l’environnement… permet de réduire l’impact sur le climat et de préserver les ressources naturelles. Des chartes et des labels, tels que « Demain la Terre » identifient, sur les emballages des aliments, les entreprises produisant de façon durable.

2.       Limiter les achats de bouteilles et autres produits en plastique

Le « septième continent » est un immense amas de déchets plastiques évoluant dans l’Océan Pacifique. Il représente six fois la France. Près de 300 millions de tonnes de plastique, dont le pétrole est le premier constituant, sont produites chaque année. Choisir des conditionnements recyclables permet de réduire l’impact sur le climat et l’environnement.

3.       Choisir des produits qui évitent la déforestation

Les écosystèmes marins et terrestres absorbent la moitié du CO2 émis, selon la Commission européenne. Ainsi, la déforestation engendre plus de 20% des émissions GES dans le monde. Meubles en bois, papeterie,… doivent être certifiés par des labels tels que FSC ou PEFC. Ils garantissent l’utilisation de bois issu de forêts exploitées de façon durable.

4.       Réduire l’impact écologique de ses moyens de transport

Le transport représente environ 15% des émissions de GES selon Greenpeace. Choisir une voiture moins polluante et moins consommatrice en carburant, opter pour des transports collectifs ou collaboratifs comme le covoiturage…  sont autant de solutions qui peuvent réduire notre dépendance au pétrole et donc l’impact sur le climat.

5.       Optimiser la consommation énergétique de son logement

Le secteur du bâtiment représente près de 8% des émissions de GES selon le Ministère de l’écologie. Le chauffage, la production d’eau chaude, l’électricité,… rendent les logements énergivores.  Effectuer un bilan de la consommation énergétique de son habitation pourra permettre d’envisager la mise en place de solutions générant des économies en énergie (isolation, pilotage du chauffage, capteurs de présence…).

Alexandra Verbecq