Contrats d’avenir : sauvés par le secteur privé

0
101
Signature d'un contrat d'avenir ©meltycampus.fr

D’une petite cinquantaine à 1055 emplois d’avenir signés, en dix mois le département a fait un bond en avant pour les jeunes. Promesse de campagne de François Hollande, le dispositif a mis du temps à se mettre en place dans le 06.

Dans les Alpes-maritimes, l’objectif de contrats d’avenir signés avant la fin de l’année est de 1107. Avec 1055 emplois d’avenir pour le département, l’objectif est presque atteint à deux semaines de la nouvelle année. A la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Nice c’est une première : 5 signatures sont prévues pour le 17 décembre, et 3 autres pour le début de l’année 2014. Johanna Pereira, 24 ans, signera son contrat ce jour là à 17h : « j’ai fait un BTS assistance manager en alternance chez eux et après mon année de spécialisation en ressources humaines ils m’ont proposé un contrat d’avenir. Je ne pensais pas pouvoir en bénéficier mais je suis heureuse car je ne trouvais pas d’emploi ». Johanna rajoute que trois années d’expérience en plus ne sont pas négligeables, tout comme les formations internes proposées.

Pourquoi un si lent développement du dispositif ?

En février 2013, Christine Dorejo, conseillère municipale PS de Nice s’indignait : « l’emploi pour les jeunes est notre futur, c’est un sujet capital. Et la façon dont ils (Christian Estrosi et Eric Ciotti) gèrent ce point essentiel est lamentable ». Pour elle, rien n’a changé en dix mois du côté de la mairie. Aujourd’hui membre du conseil d’administration à la mission locale de l’emploi, elle explique que si les contrats d’avenir ont autant augmentés c’est en partie grâce à l’ouverture sur le secteur privée, mais également car la pression est maintenue pour atteindre l’objectif du département. Elle déplore cependant un blocage politique départemental. Contacté en février dernier, l’UMP n’avait alors pas souhaité s’exprimer sur le sujet. Aujourd’hui, rien n’a beaucoup changé. Après un « c’est minable, c’est payer avec nos impôts juste pour baisser la courbe du chômage », la conversation a été coupée court. Contactée à ce sujet, la mairie n’a pas souhaité répondre à nos questions.

___________________________________________________________

Les emplois d’avenir en bref…

Il concerne les jeunes de 18 à 25 ans (30 ans en cas de handicap) sans emploi et/ou sans diplôme. D’une durée d’un à trois ans, ils sont accompagnés de formations internes ou gérées par la région. Le salaire est au minimum égal au SMIC et pris en charge par l’état à 75%.

___________________________________________________________

Alexandra Chauvin