Comment le musée national du sport s’échauffe pour l’Euro 2016

0
62

L’Euro de football 2016 ne se jouera pas que sur le terrain. Le musée national du sport de Nice présente l’exposition « Gooal ! Rendez-vous Européen ». Les supporters peuvent s’échauffer en contre-bas du « stade de Nice » avant l’entrée sur le terrain jusqu’au 18 septembre. 

L’art s’invite également à l’exposition avec des oeuvres de Niki de Saint-Phalle. Crédit photo : C-Guidarini

L’hymne des pays qualifiés résonne dans la salle, les fanions des équipes sont suspendus au plafond, la pelouse recouvre les murs : pas de doute, le football fait son nid au musée national du sport de Nice. Avant son coup de sifflet officiel début juin, l’Euro 2016 raconte son histoire. Dès l’entrée dans l’immense pièce, les vainqueurs emblématiques se dressent : Zinédine Zidane, Cristiano Ronaldo, Andrès Iniesta et Marco Van Basten. Les anciens maillots portés des joueurs sont encadrés, les premiers billets vendus sont précieusement affichés et les trophées remportés sous cloche.

Un parcours interactif

L’exposition rappelle le bon vieux temps mais a aussi une volonté ludique. Les images des  différentes victoires jouent sur grand écran tandis que, plus loin, deux enfants s’affrontent sur le mythique jeu vidéo FIFA. Les parents, eux, s’attardent dans les « cages historiques ».  Sur des panneaux, chaque Euro est décortiqué de 1960 à 2012 : les dates clés, les vainqueurs, les buts inscrits.

BUTS INSCRITS LORS DE L’EURO DE 1960 À 2012

Chaque visiteur peut également s’adonner à des pronostics dans le hall du musée : 16 vases représentent les pays sélectionnés. À l’aide d’une balle bleue, le client peut voter, selon son estimation, pour le possible vainqueur de l’année 2016.

Jusqu’à la fin de l’Euro, le musée installera en temps réels d’autres pièces « les ballons, les billets, les maillots, les brochures fournies par l’UEFA » expliquent les organisateurs, interrogés par 20minutes. Depuis l’ouverture de l’exposition, vendredi 1 avril, le musée connaît « une forte affluence de supporters tant français qu’étrangers, on s’attend à accueillir les foules » précise l’accueil. Près de 2 500 000 visiteurs sont attendus cette année, soit 31 fois plus que pour le premier championnat, en 1960. Chaque année, la compétition devient également un enjeux économique. Cette année, elle devrait rapporter plus de 1,3 milliards d’euros.

NOMBRE DE SPECTATEURS DE 1960 À 2012

BÉNÉFICES DES ANNÉES 2008 ET 2012

 Charlène Guidarini et Mélanie Corbier