Coaching sportif, réalité contre virtuel

0
110

     Si la pratique du fitness est de plus en plus à la mode, faire appel à des coachs sportifs l’est tout autant. Mais avec la démultiplication du vidéo-coaching sur internet, notamment sur Youtube, les plus traditionnels doivent se démarquer.

Préparation physique, nutrition, musculation… Le « personal trainer » est devenu ces dernières années un atout indéniable pour obtenir une hygiène de vie saine et un corps à en faire saliver beaucoup. Un métier en pleine expansion, mais qui connaît une forte concurrence, « environ une centaine de coachs à sortir de cinq organismes différents tous les deux ans, rien que dans les Alpes-Maritimes » assure Florian Perez, lui-même coach sportif sur la région de Nice. Mais à l’heure du numérique, c’est sur internet que le métier évolue.

Avec un peu plus de deux millions d’abonnés, Thibaud Delapart (alias Tibo InShape) est l’un des exemples les plus frappants de ceux qui se sont lancés dans le coaching sur Youtube, et qui ont réussi. La force de cette méthode : l’accessibilité. Si se payer un coach traditionnel n’est pas toujours évident, regarder librement des vidéos mises en ligne, qui plus est gratuitement, l’est beaucoup plus. La preuve, le Youtubeur « muscu » le plus suivi d’Europe, ne pensait même pas en faire son métier. « J’ai commencé à faire mes premières vidéos sur la muscu pour m’amuser, et comme ça a marché j’ai décidé de m’y consacrer à 100% ».

La clef : un suivi personnalisé

Face à cette concurrence numérique contre laquelle il est difficile de lutter, le coaching plus traditionnel trouve son salut dans la personnalisation des programmes proposés. En effet, si aujourd’hui tout le monde passe des heures sur l’ordinateur, l’essence même du travail de coach sportif est la proximité. Or, il est évidemment impossible de proposer un programme ou un régime adapté à chacun de ses milliers d’abonnés Youtube. Florian Perez souligne qu’« une vidéo en ligne ne prend pas forcément en considération les pathologies éventuelles d’une personne, car elle s’adresse à la majorité. Ce matin encore, j’ai dispensé un cours à quelqu’un qui venait de subir une greffe ; j’ai pu adapter le programme grâce à ma présence physique ».

Le public visé n’est donc tout simplement pas le même, ce qui permet à Florian et aux autres « personal trainer » n’utilisant pas le vidéo-coaching, de garder leur réseau de clientèle. Le problème de la qualification demeure, parce qu’à l’inverse de ceux qui ont besoin d’un diplôme pour proposer des cours physiques, les Youtubeurs, eux, peuvent tout aussi bien fournir leurs conseils sans aucune qualification requise.

Julien CHAUVEL

Partager
Article précédentLe skatepark du Ray fait peau neuve
Article suivantLes militants PS s’activent avant le meeting de Benoit Hamon
Sac à dos enfilé, livre de Tolkien dans une main et appareil photo dans l'autre, pour moi la vie se croque à travers l'objectif. L'objectif capable de zoomer sur un grain de sable, mais aussi celui qui s'atteint, qui rythme une journée, une vie. Celui qui nécessite de la rigueur, acquise pour ma part sur les terrains de basket, pendant douze ans. J'ai grandi dans le sport, et je souhaite aujourd'hui travailler dans le sport. A la manière dont je partage mes clichés avec mes amis, de mes passages en Espagne, Angleterre, Sicile, Italie, Tunisie, Afrique du Sud, à Madagascar, Mayotte (où j'ai vécu durant 2 ans), je veux partager mon expérience et mon analyse de l'actualité. Le sport avant tout, mais aussi l’info générale et l’actualité internationale. Lutter contre l'individualisme ambiant, en rassemblant les gens à travers l'information, c’est ce combat que j’ai choisi.