Chevalgate – Orru et Bennahmias plaident pour le « produire local »

0
111

Invités à débattre par Marianne, Serge Orru et Jean Luc Bennahmias sont tombés d’accord sur un point : l’affaire du « chevalgate », c’est d’abord la faute à la déréglementation du secteur agricole. L’élu centriste confie d’ailleurs son inquiétude : « A chaque étape de la chaîne, il y a un maillon faible. Plus personne n’a la maitrise de quoi que se soit. » Serge Orru est lui aussi affligé par cette « cupidité, dit-il, qui réglemente ».

La solution envisagée par les deux hommes passe par la relocalisation des productions et la mise en place de circuits-courts entre le producteur et le consommateur. Sans cette réforme, les problèmes s’entasseront les uns après les autres.

Il est indispensable de créer un pacte agricole en France pour rendre ce secteur prospère mais aussi, et surtout, pour que les consommateurs retrouvent confiance en ce qu’ils mangent. « C’est notre demande prioritaire quand on s’adresse à l’Union européenne et aux chefs d’Etats »,explique le député européen Jean-Luc Bennahmias qui compte sur les prochains débats parlementaires sur la politique agricole commune (PAC) pour obtenir gain de cause.

Les eurodéputés parviendront-ils à tordre le bras aux groupes de l’industrie agro-alimentaire dont on sait l’influence à Bruxelles ? C’est une nécessité pour ce proche de François Bayrou, qui estime que l’on « fait marche arrière sur le maintien du monde rural ». Serge Orru, lui, s’attarde sur le besoin d’autonomie, l’eurodéputé le rejoint : « Je suis pour l’autosuffisance alimentaire. Chaque euro-région devrait être indépendante ».

Le « chevalgate » accélèrera-t-il les choses ? La prise de conscience est forte, mais, trop souvent, une affaire en chasse une autre…

Aurélien Tardieu