Charles Aznavour, emporté par la foule et la folle farandole d’Edith Piaf

0
111
Edith Piaf et Charles Aznavour entament quelques pas de danse, sous le regard amusé de l'acteur et chanteur américain Eddie Constantine. (Photo Getty Image)

Dans les années 40, le chanteur Franco-Arménien disparu le 1er octobre est devenu l’homme à tout faire d’Edith Piaf. Pendant huit ans, l’auteur de la Bohème a aussi séduit la Môme grâce à sa plume. Charles Aznavour a profité de ses conseils avisés et directs avant d’entamer sa carrière.

Avant d’être en haut de l’affiche, le jeune Charles Aznavour des années 40 a été le chauffeur, le secrétaire et l’éclairagiste… d’Edith Piaf. Le succès se mérite. Le chanteur en herbe de 22 ans le comprend vite quand il rencontre la Môme en 1946. L’interprète de La Vie en Rose le repère lors d’un concert radiophonique, où Charles Aznavour a l’opportunité de partager l’affiche avec la légende de la chanson française. S’en suivent huit années de bons et loyaux services mais surtout de conseils cruciaux. La future vedette n’est pas dans l’ombre de la chanteuse, il est à ses côtés. Le jeune homme assure les premières parties des concerts et gère l’organisation des spectacles.

 

Mais Charles Aznavour n’est pas que l’homme à tout faire d’Edith Piaf. Le Franco-Arménien s’ajoute également à la liste des nombreuses plumes qui ont griffonné les textes de la chanteuse. Très modeste et discret, l’interprète d’Emmenez-moi ne se vante jamais de ce privilège. « J’ai écrit quelques chansons qu’elle aimait, mais je ne prends pas la place des autres [auteurs] », explique Charles Aznavour en 2015 sur le plateau de C à Vous. Edith Piaf doit à son poulain les paroles de Jezebel ou bien encore Plus Bleu que le Bleu de tes Yeux, l’une des plus belles chansons d’amour de la Môme. Le jeune homme essuie également des refus catégoriques. « Tu peux te la filer où je pense [ta chanson] ! », tempête la chanteuse à propos du titre Je Hais les Dimanches… devenu l’un des tubes de Juliette Greco par la suite.

 

« Elle m’a payé un nouveau pif ! Elle a eu raison, ça m’a changé la vie »

Ce n’est un secret pour personne : Edith Piaf ne se retient jamais de dire ce qu’elle pense, quitte à être blessante. Son franc-parler n’épargne pas Charles Aznavour. L’interprète de La Vie en Rose n’hésite pas à critiquer son physique et particulièrement son nez. « Tu ne peux pas rester avec un tarin pareil ! » L’oiseau de Ménilmontant l’incite à passer sur le billard : « Elle m’a payé mon nouveau pif ! Elle a eu raison, ça m’a changé la vie. Mon nez était lourd à porter. Une fois qu’on me l’a coupé, j’ai pu relever la tête ! », a raconté le chanteur. La Môme ne l’a pas non plus ménagé sur sa voix, comparable à un « violon éraillé » selon ses mots.

 

Edith Piaf est autoritaire, tranchante, directe. Cela n’empêche pas Charles Aznavour de tisser des liens forts avec son mentor. Le chanteur d’origine arménienne devient son confident. Mieux, son ami. Une relation restée intacte, malgré la disparition de la légende de la chanson française en 1963 : « Il n’y a pas un jour où j’oublie Piaf. Je pense au personnage que c’était, à la vie que nous avons eue ensemble, on riait beaucoup. » Même avec cette proximité, la vedette n’a jamais tutoyé celle qui lui a tout appris. Charles Aznavour, un homme à tout faire, un confident, mais jamais un amant, contrairement à d’autres poulains d’Edith Piaf. Le chanteur prend son envol à partir de 1950 et connaît ses premiers succès. La Môme sait ce qu’elle fait. « Tu feras une carrière plus grande que Montand », lui a-t-elle confié. La suite, on la connaît.

Hélèna Sarracanie