Chabal, une carrière en poin(g)tillés

0
92
Chabal
Sébastien Chabal risque une lourde sanction pour son mauvais geste sur Marc Giraud.

Un week-end à marquer au fer rouge pour Sébastien Chabal. Pour avoir asséné un coup de poing assassin à un adversaire, il risque de ne plus pouvoir jouer de la saison. Une sanction qui devrait, en toute logique mettre fin à sa carrière professionnelle. Une sortie par la petite porte pour un grand homme du rugby français.

Agen, dimanche 14 décembre 2013. Choc de haut de tableau de Pro D2 entre le SUA et Lyon. Sébastien Chabal ne le sait pas encore, mais il joue là, sans doute, l’ultime match de sa carrière. La rencontre est acharnée. Les deux équipes ne lâchent rien et se livrent un combat sans répit. Les contacts sont âpres, les plaquages dévastateurs. En homme de courage et de « gnaque », Attila – comme ses amis le surnomment – semble galvanisé par la pression. Une main adverse empoigne son maillot et le coup part instantanément. Un crochet du droit, dévastateur. Le numéro 8 agenais, Marc Giraud, s’écroule et perd connaissance. Excès de tension, réponse à une provocation ou simple mauvais geste ? Peu importe. Sébastien Chabal a le regard vide, les yeux rivés vers le sol, tel un enfant pris la main dans le sac. Conscient de son acte, il aimerait pouvoir revenir en arrière mais le mal est fait. Le carton jaune sorti par l’arbitre n’est qu’anecdotique : le conseil disciplinaire l’attend.

« Je ne ferais pas de mal à une mouche »

Ce mauvais geste, si indigne d’un sportif qu’il soit, ne reflète en rien la personnalité de cette brute épaisse. Son physique de viking fait peur. 1,92 mètre, 115 kilos, barbe épaisse, cheveux longs. Mais derrière cette prestance titanesque, Sébastien Chabal est décrit par ses proches comme quelqu’un de doux et agréable. Un joueur agressif mais respectueux, selon ses coéquipiers. Lui même se l’avoue « je ne ferais pas de mal à une mouche ». Un contraste saisissant entre l’être et le paraître.

Depuis ses débuts professionnels en 1998, le deuxième ligne n’a cessé de répondre aux exigences de ses dirigeants. Généreux dans l’effort, il incarne à la perfection le stéréotype du rugbyman, puissant et viril. A l’âge de 21 ans, il rejoint Bourgoin-Jallieu, évoluant alors dans l’élite française. Il ne tarde pas à montrer ses qualités de percussion. Très vite, il est surnommé Cartouche, en référence à l’intensité de ses plaquages. Fainéant plutôt que turbulent, Sébastien Chabal ne cherche pas à forcer son talent. Il se contente de respecter les consignes sans faire de zèle. Un reproche évoqué par Michel Couturas, son entraîneur de l’époque « J’ai l’impression qu’il somnole ».

Des capacités dévoilées tardivement

Sébastien Chabal, c’est avant tout une éclosion tardive. Son talent a toujours existé mais il ne l’utilisait pas à 100%. « Il n’en avait pas besoin », assure Michel Couturas. Avec le temps, il s’est réveillé et s’est redécouvert sous le maillot des Sharks de Sale. C’est là-bas qu’il s’est forgé cette image « d’homme des cavernes ». Ses exploits en Angleterre lui permettent alors de prétendre à une place de titulaire dans le XV de France. Avec les Bleus, « l’anesthésiste » montre l’étendue de ses capacités, au bon souvenir d’Ali Williams. Le Néo-Zélandais en a laissé sa mâchoire sur le terrain, dévastée par la puissance du Français.

Pendant la Coupe du Monde 2007, la France reste ébahie devant l’effort accompli par sa vedette. Un essai venu d’ailleurs, où il laisse sur place pas moins de huit Namibiens. Thierry Gilardi, alors aux commentaires, manque de superlatifs et évoque « un monstre qui se met en mouvement ».

Le monstre a encore frappé, mais cette fois-ci, personne n’est là pour l’encenser. Sébastien Chabal attend donc d’être jugé par la commission de discipline de la LNR. La sanction – estimée entre deux et 52 semaines de suspension – pourrait sonner le glas de ce joueur en pré-retraite à Lyon. Tel Zinedine Zidane, Sébastien Chabal pourrait stopper sa brillante carrière sur un vilain geste. Un destin commun à deux champions qui ont marqué leur sport.

Tristan Seiler