Chabal se met en huit

0
214

Samedi, contre les Pumas argentins, le sélectionneur du XV de France Marc Lièvremont titularisera, pour la première fois depuis 2007, Sebastien Chabal. Il officiera au centre de la troisième ligne, poste qu’il affectionne tout particulièrement.Pour affronter l’Argentine samedi au stade de la Mosson de Montpellier, le sélectionneur du XV de France Marc Lièvremont a choisi de s’appuyer d’entrée de jeu sur Sébastien Chabal. Exit Imanol Harinordoquy.

Le « Caveman », comme il est surnommé, n’a pas débuté une rencontre en sélection à ce poste depuis juin 2007 lors d’une tournée en Nouvelle-Zélande. Les Français avaient d’ailleurs été corrigés à deux reprises par des All Blacks survitaminés 42-11 à Auckland puis 61-10 à Wellington. Si les prestations des Bleus lors de ces deux rencontres sont à vite oublier, ce qu’on en retiendra c’est la fracture de la mâchoire du Néo-zélandais Ali Williams survenu lors d’un plaquage de Sébastien Chabal marquant le début de la « légende Chabal ».

Cantonné au joueur d’impact

Malgré des prestations qui ne sont pas passé inaperçues, seulement 10 de ses 56 sélections internationales se sont effectuées au centre de la troisième ligne contre 21 en troisième ligne aile et surtout 25 en deuxième ligne. Le staff de l’équipe de France l’a en effet cantonné à cette place de deuxième ligne, au rôle de joueur d’impact, prétextant qu’il manquait jusque-là « de mobilité et d’endurance« .

Depuis, Marc Lièvremont dit de Sébastien Chabal qu’il a beaucoup progressé en mobilité. Pour ce qui est de l’endurance, que ce soit à Sale en Angleterre, sous les ordres de Philippe Saint-André, ou actuellement au Racing Métro sous ceux de Pierre Berbizier, il a pu montrer qu’il pouvait jouer 80 minutes en n°8. Il a su aussi adapter son jeu, beaucoup moins tourné vers la puissance désormais, plus altruiste.

Le sportif préféré des Français depuis deux ans a su convaincre l’encadrement de l’équipe de France. « C’est mon poste de prédilection, clairement« , a-t-il confirmé au journal L’Equipe après l’annonce du groupe qui affrontera les Pumas argentins. Cela pourrait être une bonne nouvelle, à moins d’un an de la Coupe du Monde en Nouvelle-Zélande. Car pour avoir une sélection nationale compétitive, encore faut-il choisir les bons joueurs à leur bon poste…

Nicolas Mison