Camille Muffat, la figure de Nice

0
93

La nageuse Camille Muffat est morte dans un accident d’hélicoptère dans la nuit de lundi à mardi. Elle était le symbole sportif de la ville niçoise touchée par cette triste nouvelle.  

« On n’a pas le droit de mourir à 25 ans ». Le président de l’Olympique Nice Natation, Jean Monnot, est en pleurs. Il était tôt ce matin lorsqu’il a appris la nouvelle. « Ma fille, nageuse au club m’a appelé. J’étais k-o sur place ». Camille Muffat a fait ses débuts dans ce club qui l’a vu grandir. Autour du bassin, où elle s’entraînait, l’émotion submerge les dirigeants, en berne ce matin. Jean Monnot se rappelle de la petite fille aux cheveux blonds : « Elle avait déjà l’âme d’un leader. Elle travaillait plus qu’aucune autre. Le plus dur, c’est qu’elle ne reviendra pas ». Un sentiment partagé par Richard Papazian, directeur du cercle des nageurs : « Ça fait mal. C’est une nouvelle qui nous anéantit. J’aimerais savoir les circonstances du drame même si malheureusement cela ne nous la ramènera pas ». Selon les dernières informations, les deux hélicoptères qui la transportaient sur le tournage du jeu télévisé « Dropped », se sont percutés en vol. Provoquant la mort du boxeur Alexis Vastine, de la navigatrice Florence Arthaud et de 7 autres personnes.

Un symbole niçois

Championne olympique à Londres en 2012, Championne du monde de petit bassin, Camille Muffat possède l’un des plus beau palmarès de la natation française. « Elle nous a fait passer par toutes les émotions. Un bonheur parfait après son titre au Jeux Olympiques, et une tristesse parfaite aujourd’hui » se rappelle Jean Monnot. Née à Nice il y a 25 ans, elle était l’emblème de la ville : « Elle fait partie de Nice, de la nation. Elle s’impliquait encore dans son ancien club depuis sa retraite sportive il y a peu ». Son ancien entraîneur, Fabrice Pellerin s’est aussi exprimé dans la presse avec difficulté. Ce dernier s’était entretenu au téléphone avec Richard Papazian, juste après l’annonce de sa mort : « Il pleurait au téléphone. Totalement effondré ». Le maire de Nice, Christian Estrosi était proche de la nageuse. Il l’avait reçu après son titre. Il a aussi tenu à témoigner son profond chagrin dans un communiqué: « Je suis dévasté par ce drame, qui a ôté la vie, si jeune, à une femme exceptionnelle, une championne hors norme. Je l’ai vue grandir. Je l’ai accompagnée et soutenue, un peu comme si c’était ma fille ». Nice perd aujourd’hui son symbole, en pleine force de l’âge. Les deux dirigeants de l’Olympique Nice Natation s’accordent : « Un exemple dans l’attitude et dans le sport en général ».

Yohann Tritz, Thomas Huant