Caméras de surveillance, La Gaude muscle son jeu

0
61
Deux caméras qui enregistrent les plaques d'immatriculation, devant l'école maternelle de la Baronne.

Six nouvelles caméras ont fait leur apparition à La Gaude. Quatre d’entre elles ont la particularité de lire et d’enregistrer les plaques d’immatriculation. Un pas de plus en faveur de la sécurité des Azuréens. 

Stratégiquement installées dans le quartier de la Baronne et sur la route de Gattières, les caméras de La Gaude ont maintenant un oeil sur les entrées et les sorties de la commune. Quatre caméras, nouvelle génération, peuvent désormais déchiffrer les plaques minéralogiques des véhicules. Les informations sont enregistrées dans une base de données et peuvent être utilisées par les forces de l’ordre si besoin. « D’autres caméras de ce type vont être installées près du village (ndlr : début 2014)» a déclaré le maire, Michel Meïni, lors de la réception des dispositifs. « Au début, on se dit que c’est gênant de savoir  qu’on est filmé quand on marche dans la rue. Puis après on finit par oublier » témoigne Danielle, 54 ans, commerçante. « Je n’étais pas au courant de ces nouvelles caméras. Même si je n’ai rien à me reprocher, ça me met mal à l’aise ». Pour Michaël, 22 ans, chauffeur-livreur à Nice, c’est un moyen de plus pour l’Etat de gagner de l’argent. « Depuis l’apparition de ces caméras, je ne compte plus les PV que je reçois à la maison». Pour cet employé, contraint au stationnement approximatif, « c’est censé être pour la sécurité urbaine mais c’est une bonne excuse pour verbaliser derrière. Les contraintes de temps de mon travail me forcent à mal me garer. Avec ces caméras la sentence est presque immédiate ».

La Côte d’Azur investit dans la surveillance

Après avoir entièrement rénové le CSU (Centre de Surveillance Urbain) en 2013, avec un système évolutif installé dans un local plus grand dans le bâtiment de la mairie et le remplacement de 14 caméras, La Gaude va poursuivre le renforcement de son système de vidéo-protection. Le SIVOM (Syndicat Intercommunal pour le Remblaiement du Vallon des Tenchurades et des Vallons Annexes) a financé ce dispositif à hauteur de 99 000 euros. Sur la Côte d’Azur, impossible d’échapper aux caméras des communes comme Cagnes-Sur-Mer, Villeneuve-Loubet, Nice et Saint-Laurent-du-Var (entre autres). Du côté de la Principauté, la surveillance est en place depuis longtemps. Avec 400 caméras actives dans les rues, Monaco est devenue une référence avec son mur d’images « intelligentes ». Des installations qui relancent une fois de plus le débat sur le respect de la vie privée.

Maxime Rovello