Ça sent le sapin !

0
291

Il est l’objet de tous les désirs, le recueil de tous les plaisirs. A Nice, le sapin est arrivé sur le marché et vous ouvre grand ses épines.

Dans la grande famille des conifères, il y a le grand père : l’épicéa. Plus dégarni et moins en chair mais fidèle au poste. Il mise tout sur son odeur boisée. « L’épicéa c’est le sapin de la guerre, on le cultivait à quelques jours de Noël » raconte Philippe, vendeur de sapins sur la Promenade des Anglais depuis 20 ans. Il brave les époques et reste, dans l’humilité, à un prix abordable. Compter environ 25 euros pour le frêle à enguirlander.

Combat de sapin

Son concurrent, le robuste Nordmann, se la joue plus branchu et branché. D’une taille moyenne de 180 centimètres, il est le plus prisé. Un sapin « Made in France » dont Philippe est « fier ». Pour ce quinquagénaire, « hors de question d’aller les chercher en Turquie ou au Canada ».

Tout droit venu du Morvan, le Nordmann est conservé dans une chambre froide et sans cesse réapprovisionné en eau. De 15 à 100 euros, cette méthode artisanale vous évitera d’être de corvée d’épines.

Loin de la Prom’ et de l’air frais, les galeries des hypermarchés se sont aussi habillées de vert… Mais pas que. Ici, les couleurs sont au rendez-vous. Bleu, rouge, noir et blanc ; les clients ont le choix d’accorder ou non leur sapin à leur déco. Parmi ces tendances, « le blanc et le rouge marchent à merveille» confie Yannick, responsable du stand dans cette grande surface où 80 sapins s’écoulent chaque jours. Coté prix, pas de grands écarts avec les vendeurs indépendants.

A vos boules !

Le sapin, lui aussi, suit la mode. Il vous faudra le vêtir voire le customiser. Ames bling-bling ou plus modérées, les rayons guirlandes et boules ne cessent d’enfler. Adam, responsable décoration chez Maxi Bazar est clair : « le blanc, l’or et le bleu font parti des best-sellers » de ce cru 2012. Le sapin, ici artificiel, noue avec la technologie et ravit les plus « flemmards ».

Chacun trouvera épine à son pied. Petits, grands, touffus, demi-nus, colorés et futuristes, le sapin n’attend plus que le 24 pour se mettre sur son 31. Il pourra ensuite se couvrir d’un Sac à sapin. Solidaire le grand vert ! Cinq euros pourront ainsi être reversés à Handicap International.

Issam CHARHI – Anthony GALLIZIA