Ça chauffe pour les chaudières !

0
196

La vague de froid n’épargne pas Nice et ses habitants. Faute d’entretien et en surrégime, certaines chaudières lâchent au mauvais moment. Une aubaine pour les chauffagistes.« Débordés, on est débordés ! » Depuis 8 heures, chez Laurenti Chauffage à Nice, c’est le branle-bas de combat. « Les gens tirent à fond sur les chaudières. Quand elles sont mal entretenues, ça lâche », explique la standardiste, inondée de coups de téléphone. Dans cette boutique, les techniciens se succèdent, leur voiture garée en double file sur le trottoir. On charge de nouvelles pièces, de grosses installations : il faut répondre aux attentes de particuliers inquiets.

Même combat pour Allo SOS Plombier, avenue de la République. « On a moins de demandes cette année parce qu’on ne s’occupe que des installations au gaz. Mais c’est maintenant que 50% du chiffre d’affaires se joue », confie Mr. Rossi, le comptable. « Le problème, c’est cette vague de froid qui arrive un peu tôt. On se retrouve avec six ou sept déplacements à assurer chaque jour. Et parfois, il y a rupture de stock… »

Prévenir pour débourser moins

La majeure partie des interventions hivernales découle d’un mauvais entretien des chaudières. Fuite de gaz, pompe à eau et brûleurs en panne, chauffe-eau qui ne chauffe plus, les problèmes sont multiples. Un entretien annuel est obligatoire pour éviter toute surprise. « Les contrôles s’élèvent à maximum 200€. En cas de défaillance, on change la pièce sans faire payer la main d’oeuvre », affirme l’entreprise Pellegrino de Grasse. « Par contre, si ça casse, les réparations oscillent entre 300 et 1500€. Sans compter le risque d’incendie ! » De quoi refroidir les plus sceptiques…

Alexis LUCCHESI