Boudjellal a toujours le Maure pour rire

0
64

On se souvient bien des événements qui avaient touché le Nice-Bastia du 18 octobre dernier. Mourad Boudjellal a décidé de rafraîchir la mémoire des Niçois à l’occasion de la rencontre opposant Toulon à Clermont (victoire 27-19). Le sulfureux président du RCT a tout simplement projeté le drapeau corse à la tête de Maure sur les écrans de l’Allianz Riviera pendant que les joueurs faisaient leur entrée sur la pelouse.

Ce n’est pas la première fois qu’il provoque les supporters niçois. La saison dernière, là encore pour le match RCT-Clermont délocalisé à Nice, il avait affiché une photo de Patrick Bruel sur les écrans du stade. Un clin d’œil au « concert » du chanteur, fervent supporter du PSG, à l’occasion de l’inauguration de l’Allianz Riviera. Ce dernier, venu interpréter trois chansons, déclenche la bronca du public.

Pro de la provoc

Habitué des saillies médiatiques, le président a laissé les paroles de côté et est passé aux actes. Le public niçois n’a guère apprécié. « Ce n’est pas la première provocation de M. Boudjellal, a regretté Fred Braquet, cadre de la populaire sud. Il avait déjà fait le coup une fois en diffusant des images de Patrick Bruel, M. Boudjellal mériterait un bon placage… Il jette de l’huile sur le feu, c’est lamentable. L’Allianz Riviera, aussi beau soit-il, appartient à tout le monde ; à partir du moment où on le loue, on peut y faire n’importe quoi, y compris cracher sur l’identité niçoise ». Du côté du RC Toulon, on parle plus d’une blague : « Il faut prendre tout ça au second degré, c’était un clin d’œil ». Boudjellal a réagit aux sifflets des Niçois dans une interview à Nice-Matin : « La réaction des Niçois est d’une connerie affligeante. S’il faut que je réfléchisse comme un supporter moyen de football, je vais avoir des difficultés. ça ne reste que du sport ».

Yannick O’Conor

Boudjellal, roi de la déclaration « choc » : « J’ai connu ma première sodomie arbitrale contre Clermont, en demi-finale en 2010. Je viens de connaître ma deuxième ce soir. Il paraît que ça fait mal la première fois, mais ça fait aussi mal la deuxième fois. On pourra revoir les images non pas sur YouTube mais sur YouPorn ». Suite à la défaite le 8 janvier 2012 du Rugby Club Toulonnais 25-19 contre Clermont en Top 14, le président du RCT s’en prend à l’arbitrage. Pour cette saillie, il est suspendu 130 jours par la Ligue. Lui et le club sont aussi condamnés par le tribunal de grande instance de Rodez à payer 3.000 euros à l’Union nationale des arbitres de rugby pour injure publique.