Handball – Biljana Filipovic, une Niçoise au Mondial

0
79

Le championnat du monde de handball féminin débute vendredi en Serbie. Pour Biljana Filipovic, arrière gauche de l’OGC Nice, cette compétition est un objectif majeur. Présentation avec son coach à Nice Sébastien Gardillou.

Vendredi 6 décembre 2013 à 18h, la Serbie donne le coup d’envoi de son Mondial. Face au Japon, les joueuses de Veselin Vukovic n’ont pas le droit à l’erreur. Quatrième du dernier championnat d’Europe l’an passé, à domicile déjà, les Serbes se savent attendues. Sébastien Gardillou, entraineur de l’OGC Nice handball et ancien membre du staff de l’équipe de France, explique ce contexte particulier. « La pression est énorme. Après un beau parcours en 2012, il faut voir si l’équipe est capable d’enchaîner en 2013 ». Rééditer une bonne performance n’est jamais simple mais des motifs d’espoir existent pour le coach niçois. « Avec des forces individuelles énormes comme Biljana et une très grande volonté de réussir à domicile, la Serbie peut finir dans le dernier carré ».

BILJANA, « UNE JOUEUSE DE CLASSE MONDIALE »

Biljana Filipovic aborde cette nouvelle compétition avec de grosses ambitions. « C’est une compétitrice dans l’âme » lâche Sébastien Gardillou. « Biljana s’est fixé un objectif fort, réaliser une prestation de grande ampleur lors de ce championnat du monde ». Arrivée cet été à Nice en provenance du club turque d’Uskudar, la Serbe a rejoint ses coéquipières la semaine dernière avec l’envie d’aider son pays. Son coach estime que l’arrière gauche peut briller. « Elle en est capable. C’est une joueuse de classe mondiale ».

LE MONDIAL EN SERBIE, TOUJOURS DANS UN COIN DE SA TÊTE

Le travail le plus difficile pour la joueuse et son entraineur a été au niveau mental. L’ancien coach de Metz le dit, « ce qui est compliqué pour l’athlète, c’est de réussir à faire la part des choses. Sébastien Gardillou évoque un travail en bonne synergie. « Biljana a su donner tout ce qu’elle avait pour le club. On savait très bien que le Mondial était dans un coin de sa tête, mais elle a su le mettre de côté le moment venu. Et nous, on a su être suffisamment intelligent pour qu’elle soit pleinement opérationnelle pour la compétition ». Verdict le dimanche 22 décembre. Une médaille récompenserait ce travail d’équipe, où tout le monde tire le meilleur bénéfice et tente de remplir ses objectifs.

En encadré :

Sébastien Gardillou, entraineur de l’OGC Nice handball et ancien membre du staff de l’équipe de France féminine de 2005 à 2010, livre son regard sur les Bleues et le nouveau sélectionneur Alain Portes.

Matthieu Drouin