Basket – Rachid Méziane : « Mon équipe a réagi »

0
38
Rachid Méziane (au centre, accroupi) donne des conseils à ses joueuses. Il croit au maintien de son équipe en LFB.

Le Cavigal Nice Basket s’est rassuré la semaine dernière en l’emportant à Arras (62-51). Une victoire qui permet aux filles de Rachid Méziane de se replacer dans la course au maintien. L’entraîneur des Niss’Angels s’est confié avant le dernier match de l’année samedi soir, face à Villeneuve d’Ascq.

La victoire samedi dernier à Arras vous soulage-t-elle un peu ?

Rachid Méziane : « Ce succès nous fait beaucoup de bien, car il casse cette spirale négative de quatre défaites, et on sort de la zone rouge. De plus, nos concurrents directs pour le maintien, notamment Angers, n’en ont pas profité.

Comment avez-vous préparé ce dernier match de l’année 2013 face à Villeneuve d’Ascq, actuel troisième du championnat ?

R.M : « La préparation de ce match s’inscrit dans la continuité de ce que l’on fait depuis quelques temps. Mon équipe a réagi. Depuis le revers contre Nantes (68-75, le 23 novembre dernier), elle répond plus présente dans l’engagement et dans l’intensité de jeu, que l’on essaie de développer d’abord à l’entraînement, puis lors des rencontres.

Craignez-vous cette équipe de Villeneuve d’Ascq ?

R.M : « C’est une équipe très dangereuse, dans beaucoup de secteurs de jeu. On va essayer de lui poser un maximum de problèmes. Il faudra éviter de laisser Villeneuve d’Ascq exprimer ses qualités physiques. A nous de proposer de l’agressivité et de l’intensité dans notre jeu.

Rachid Méziane (au centre, accroupi) donne des conseils à ses joueuses. Il croit au maintien de son équipe en LFB.

« Beaucoup de mes joueuses ont à peine vingt ans »

Avez-vous eu peur que vos filles lâchent prise après ce début de saison un peu compliqué (seulement 3 victoires en 12 rencontres) ?

R.M : « Je ne vais pas parler de peur. On a connu une période de doutes. Notre début de saison n’a pas été facile. On a eu un calendrier compliqué, en jouant trois équipes d’entrée qui ont terminé dans le top 4 la saison dernière (Montpellier, Basket Landes et Bourges). Sans oublier les blessures. Et malheureusement, on n’a pas su enclencher une série de victoires. Mais on a jamais eu peur, car on a une phase retour plus abordable, et on sait ce qu’il nous reste à faire pour décrocher le maintien.

Malgré cette mauvaise passe, vous restez confiant…

R.M : « Évidemment ! Je crois en mon équipe. On a fait le pari de la jeunesse. Beaucoup de mes joueuses ont à peine vingt ans. Il faut nous laisser du temps, cette équipe va grandir.

La faible affluence à domicile (la salle Serge Leyrit) constitue-t-elle aussi un handicap pour vos filles ?

R.M : « Bien sûr que cela a un impact, on a besoin d’un public, de se sentir poussé dans notre salle. C’est un peu difficile d’exister face aux autres sports de haut niveau dans le bassin niçois (football, volleyball…). Peut-être aussi que nos résultats ne sont pas à la hauteur des attentes du public. A nous de gagner des matches, de donner du plaisir et de fidéliser ce public.

Nicolas Santini