Basket – Quelles sont les solutions sans Curry ?

0
32

Stephen Curry s’est blessé au genou dimanche soir lors de la victoire de Golden State contre Houston (121-94). La durée de son indisponibilité n’est pas encore déterminée. Mais les solutions existent pour pallier son absence.

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ? Rien n’est moins sur. L’absence de Stephen Curry, après son entorse intervenue lors du second quart-temps contre Houston (la vidéo ici ) pourrait durer, au mieux le temps de la série contre les Texans, au pire jusqu’à la fin de saison. Elle ne condamne pas pour autant les chances de Golden State. Le succès de dimanche en est la preuve, même si face à des plus fort, cela pourrait être préjudiciable.

Si on résume souvent les Californiens au talent de leur MVP, ils possèdent d’autres armes en réserve.

Shaun Livingston, une solution à court terme

« On a toujours vanté la richesse de notre effectif, on va l’utiliser. » Ce sont les déclarations de Draymond Green au sujet de la blessure de leur meneur de jeu. Golden State possède un collectif bien huilé avec des joueurs capables de prendre le relais.

Shaun Livingston a été le remplaçant naturel de Curry dans le cinq de départ en son absence. Sur la série, ses statistiques sont sensiblement les mêmes que celle de son leader. Lors des matchs 2 et 3 qu’il a débutés en tant que titulaire (une victoire et une défaite), elles sont même en augmentation.

Malgré tout, si Livingston représente une solution à court terme, face à une adversité plus coriace, il ne devrait pas suffire.

Klay Thompson en relais au scoring

C’est l’autre membre des « Splash Brothers » et la deuxième force offensive des Californiens. Associé à Stephen Curry, ils forment la meilleure ligne d’arrière de toute la ligue depuis deux saisons. Avec la blessure de son compère, Klay Thompson doit assumer ses responsabilités et prendre en charge le scoring. Les matchs contre Houston l’ont démontré. Lorsqu’il est moins bon, comme au match 3, son équipe a peu de chance de l’emporter. (ses stats ici)

Le secteur intérieur plutôt que le « small ball » ?

L’absence du MVP pourrait, pourquoi pas, être synonyme de changement tactique pour Steve Kerr, l’entraîneur de Golden State. Il a pris l’habitude de pratiquer le « small ball », avec le succès qu’on lui connaît. Cette tactique consiste à aligner un cinq de petite taille basé sur la vitesse et l’adresse des joueurs extérieurs (meneurs, arrières et ailiers).

Steve Kerr pourrait être tenté de privilégier le jeu intérieur et des joueurs comme Draymond Green, l’homme à tout faire de l’effectif avec ses 12,8 points, 9,8 rebonds et 6,3 passes de moyenne pour le premier tour de playoff, le pivot australien Andrew Bogut ou encore Marreese Speights qui prend peu à peu confiance et a été l’un des seuls à surnager lors de la défaite du match 3 avec ses 22 points.

Une solution qu peut être envisagée sur des courtes périodes et qui pourrait surprendre leurs futurs adversaires. 

Damien Salvador