Basket : Nanterre sur tous les fronts

0
55

Éliminée de justesse en Euroligue, la JSF Nanterre continue de faire ses classes sur la scène du basket européen. Reversés en Eurocoupe, la compétition inférieure, les Franciliens enchaînent les matchs à un rythme infernal et cela s’en ressent sur leurs performances au niveau national. Pourtant, l’objectif ambitieux de bien figurer sur les deux tableaux n’a pas changé. 

Le 19 décembre dernier, après une lourde défaite à domicile face aux Turcs de Fenerbahçe (76-95), la JSF Nanterre faisait ses adieux à l’Euroligue. Malgré tout, les hommes de Pascal Donnadieu n’auront pas démérité pour leur première participation à la plus prestigieuse des compétitions européennes de basket avec au passage un succès de prestige face au FC Barcelone. En terminant cinquième de sa poule, Nanterre s’est ainsi vu reversé en Eurocoupe, petite sœur de l’Euroligue au niveau également très relevé. Pour son premier match mardi soir, c’est Cantu, le leader du championnat italien, qui s’est présenté à la Halle Carpentier dans un match au long cours finalement remporté par la JSF (88-84) après deux prolongations. Les joueurs ont encore une fois puisé dans leurs ressources mais cela ne dérange guère leur entraîneur Pascal Donnadieu : « Quand la victoire est au bout, on récupère toujours plus vite. L’Eurocoupe reste évidemment un objectif dans notre politique de développement européen ».

Une trêve hivernale qui a permis de souffler

Mais alors que Nanterre doit encore disputer cinq rencontres européennes, dont la prochaine mercredi prochain à Izmir en Turquie, qu’en est-il du championnat national ? Il y a quelques semaines, le champion de France en titre était un leader incontesté de Pro A. Aujourd’hui, la JSF est moins souveraine et la claque reçue lors de la dernière journée de championnat avant la trêve (défaite 105-63 à Chalon-sur-Saône) ne laissait rien augurer de bon. Mais la pause hivernale est arrivée au bon moment : « elle nous a permis de récupérer de la fraîcheur et de repartir sur une nouvelle dynamique » continue Pascal Donnadieu.

Se servir du retour de joueurs majeurs

En ce début d’année 2014, le club de la banlieue parisienne peut également compter sur le retour de deux joueurs majeurs au sein de son effectif. Le meneur Kevin Lisch (pubalgie) mais surtout l’artificier ukrainien Sergeï Gladyr (genou) vont ainsi permettre au coach Pascal Donnadieu de « retrouver une certaine profondeur de banc ». Gladyr a d’ailleurs été le grand artisan de la victoire contre Cantu en inscrivant 30 points dès son retour.

Dans cette situation, Nanterre souhaite donc « jouer le jeu à fond » et profiter de son apprentissage accéléré sur la scène européenne. Avant d’y retourner dès l’an prochain ? Pour cela, il faudra se montrer solide en championnat qui « reste l’objectif absolu » rappelle Pascal Donnadieu. A l’heure des choix, Nanterre a donc décidé de ne pas en faire « par respect pour la Coupe d’Europe, les supporteurs et les médias ». Le club francilien est bel et bien devenu un grand du basket français actuel.

Fabien Mariaux