BASKET – LF2 : le choc Nice-Angers, samedi à 20h

0
239

Les Niss’Angels vers les sommets ?

Nice accueille Angers, samedi, dans ce qui va constituer le choc de la 12e journée. Pour les deux formations c’est la dernière rencontre de l’année et l’occasion d’être sacrées championnes d’automne.

La montée en Ligue Féminine, c’est l’objectif déclaré des deux premières de L2, Angers et Nice. Et jusqu’à présent, c’est extrêmement serré dans la première partie de tableau. Dix victoires chacune, une défaite à Pau-Orthez, leur parcours est quasiment identique. Mais avantage aux Niçoises toutefois, qui ont concédé une défaite de moins que les joueuses de David Girandière. Ces dernières ont grillé un joker en s’inclinant à Calais, un autre prétendant à la montée. Car derrière, les poursuivants sont plus que jamais dans la course. Leon Tregor et Calais, 3e ex-aequo, n’ont que deux défaites à leur actif et Pau-Orthez (5e) pointe le bout de son nez avec trois défaites seulement.

Le Cavigal pourra compter sur la précieuse Alexandra Tchangoue (10 pts, 6,4 rbds, 3,5 pd), ici au shoot face à Calais.

Un groupe au complet

Samedi, les protégées de Rachid Meziane auront l’occasion de prendre seules, les commandes de la L2. Repousser Angers à trois défaites serait une véritable bouffée d’oxygène avant les fêtes et présagerait une seconde partie de saison moins stressante. La deuxième meilleure attaque du championnat pourra compter sur un groupe au complet : Margaux Okou-Zouzouo, 3e meilleure scoreuse de l’équipe est de retour de blessure. Dans la raquette, les fers de lance Jeanne Senghor-Sy (13,7 pts ; 8,8 rbds) et Fabienne Constant (11,5 pts ; 8,2 rbds) seront les principales armes offensives niçoises sans oublier la polyvalente Alexandra Tchangoue.

« Se méfier du collectif angevin »

Mais en face, Angers aura du répondant. L’intérieure Johanna Cortinovis (11,2 pts ; 7,8 rbds), 10e meilleure évaluation de la ligue sera à surveiller de près. Cette « joueuse majeure » ne fait pas peur à Rachid Meziane « car nous possédons l’un des meilleurs secteur intérieur de la ligue ». Au poste de meneuse, Camille Aubert sera également à prendre très au sérieux. Interceptions, passes, shoots extérieurs, Rachid Meziane reconnaît que l’ancienne nantaise est « une plus-value pour l’équipe d’Angers ». « Elle a l’expérience de la Ligue Féminine et elle porte les Angevines dans le jeu ». Mais c’est du collectif angevin dont se méfie le plus l’entraîneur du Cavigal : « elles ont un noyau dur qui se connait depuis un moment, elles font bien circuler la balle. A nous d’élever notre niveau. »

Victor Bolo