Basket – Final Four LF2 : Nice battu à domicile par Angers

0
33

Premier de la saison régulière, le Cavigal Nice Basket organisait le Final Four de LF2 dans sa salle Leyrit. Mais devant leur public, les Niss’Angels n’ont pas réussi à remporter le titre de champion. L’Union Féminine Angers Basket est venue jouer les trouble-fêtes. Retour sur ces deux jours riches en émotion.

Le week-end avait pourtant démarré en trombe pour le Cavigal avec une victoire face à Pau samedi soir (78-55). Les Niçoises ont géré la rencontre et économisé leur énergie en vue de la finale. Contrairement aux Angevines qui ont livré un combat acharné face à Calais en milieu d’après-midi (68-59). Même si l’écart était fait dans le deuxième quart-temps, le pressing imposé par les Nordistes s’est avéré usant. Mais l’UFAB 49 jouera bel et bien la finale. Cerise sur la gâteau : la victoire de Nice assure la montée à Angers, quel que soit le résultat de la finale.

Il ne faut pas oublier qu’Angers est un promu. L’UFAB jouait en Nationale 1 la saison précédente. Pour le coach David Girandière, son équipe mérite sa place. « On n’est pas là par hasard. On s’est battu pour arriver là. Pourtant, si je lis la presse, la finale aurait dû se jouer entre Nice et Calais. Je suis fier de mes joueuses ».

Côté Cavigal, il n’est pas concevable de laisser Angers remporter le titre, surtout à domicile. Fabienne Constant, l’intérieur niçoise, en a conscience. « On a peut-être plus envie de gagner qu’elles. On a eu la chance de connaître ça en 2011, on sait l’effet que ça fait. Alors ça donne envie de ressentir cette émotion ». Les hostilités sont lancées.

Nice rate le coche 

Chaude ambiance à Leyrit ce dimanche même si la salle n’est pas remplie. Supporters angevins et niçois donnent de la voix pour encourager leurs protégées. Christian Estrosi, maire de Nice, et Gilles Veissière, adjoint aux sports, sont venus soutenir les filles du Cavigal.

Le poids de la montée enlevé, les Angevines sont plus libérées, alors que les Niçoises semblent stressées par l’évènement. Aussi parce qu’elles ne peuvent pas pratiquer leur jeu. Elles sont contraintes à de nombreux tirs à 3-points en fin de possession, avec peu de réussite. Il faut dire qu’en face, la défense angevine, c’est le Mur de Berlin. Rien ne passe dans la raquette. L’UFAB est devant à la pause (28-32). Les Niss’Angels reviennent des vestiaires avec de meilleures intentions. Angers met près de 5 minutes avant de se remettre dans le rythme. Nice réussit à reprendre les commandes du match sur un 3-points de Margaux Okou au buzzer (43-41). Un panier qui enflamme Leyrit. Et pourtant, le dernier quart-temps est cauchemardesque pour le Cavigal. Les Angevines sont de nouveau intraitables en défense et leurs attaques sont quasi toutes victorieuses. Symbole de l’efficacité défensive d’Angers : Nice a plus tiré à 3-points qu’à 2-points (37 shoots contre 24) Les filles de David Girandière l’emportent 55-65.

Cortinovis MVP

Nice est effondré, Angers exulte. Le président de l’UFAB, Brito de Sousa, au bord des larmes, prend dans ses bras sa fille Mélodie, benjamine de l’équipe. Elle a même droit à la traditionnelle découpe du filet. Les Niçoises, elles, sont inconsolables, à l’image de leur capitaine, Jeanne Senghor-Sy. « Je ne trouve pas les mots. Je ne sais pas quoi dire ». Le coach Rachid Méziane reste lucide mais ne cache pas sa déception. « Angers mérite sa victoire. On a été pris par leur défense et on a été obligé de beaucoup tirer à 3-points. L’adresse, c’est aléatoire. On l’a eu face à Pau, aujourd’hui elle nous a fait défaut. C’est frustrant ».

Elue MVP du Final Four, la capitaine angevine, Johanna Cortinovis, n’oublie pas ses coéquipières. « Quand on est MVP, c’est en équipe. C’est le symbole d’une grande compréhension, d’une grande solidarité ». David Girandière est bien sûr fier de ses joueuses, notamment pour avoir respecté le projet de jeu. « On est venu jouer deux matches et on a fait deux performances. On avait fait le pari de bien cadenasser la raquette. C’est réussi ».

Les Angevines font la fête sur le parquet. Une joie partagée avec Pau. Les Béarnaises ont remporté plus tôt dans l’après-midi, la petite finale face à Calais (70-67). Fair-play  le public niçois applaudit Angers et félicite quand même ses protégées pour leur belle saison. Le réveil s’annonce dur sur la Côte d’Azur, mais ne l’oublions pas : Nice jouera en LFB la saison prochaine.

Dorian Tillard