Basket : Antibes et le rêve américain

0
263

Les Sharks sont premiers de Pro B.  L’arrivée des joueurs américains a propulsé le club dans une autre dimension. Un retour en Pro A est désormais plus qu’envisageable. Le déplacement chez le dauphin Pau, lundi, est déterminant.

Lundi, Sport + diffusera le match de Pro B entre Pau et Antibes. Un fait rare mais justifié vu l’importance de l’affiche. Ces deux anciens champions de pro A s’affrontent pour une place de leader à quelques matches de la mi-saison. Les Sharks ont l’avantage de s’être imposé chez tous les cadors du championnat. Ils pourront s’appuyer sur un trio américain qui fait des malheurs.

Une base solide

Depuis sa relégation en Pro B en 2002, Antibes n’a jamais fini une saison au-dessus de la dixième place. Cette année semble celle du renouveau. Premiers avec déjà dix victoires, les Sharks possèdent dans leur rang trois américains, fers de lance d’une équipe qui gagne. Pour Alain Weisz, l’entraîneur : « Ce sont des joueurs majeurs chez nous. Ils conduisent cette équipe. Que ce soit Trevor Huffman en meneur, Anthony Hilliard sur le jeu rapide et la contre-attaque, et Tim Blue qui peut tout faire. » Ce trident magique a considérablement élevé le niveau de jeu des Antibois. La cohésion est parfaite dans le groupe. Tous en profitent pour apprendre avec les trois nouveaux leaders techniques : « Ils permettent aux autres de changer de standing », insiste Alain Weisz.

Arrivé en France cet été, Tim Blue (avec le ballon) a déjà des statistiques de champion. (Photo : varmatin.com)

Le Grand Blue

Arrivé en même temps qu’Anthony Hilliard (été 2012), Tim Blue est le poisson pilote des Requins. Détenteur de presque toutes les récompenses individuelles en Finlande l’an passé, Blue est un joueur très complet. Ses statistiques sont dignes d’un MVP (meilleur joueur) : 20.5 points, 8.4 rebonds et 3 passes décisives en moyenne par match. Tim est efficace de près comme de loin et est capable de défendre sur trois postes différents. Cette adaptation rapide lui permet d’être la deuxième évaluation de la ligue avec une moyenne de 23,9. « Il démontre qu’il est déjà un très bon joueur », affirme Alain Weisz avant d’ajouter : « Il est difficile à arrêter. Même en Pro A je pense. C’est une belle trouvaille. » Pour sa première saison en France, Blue a déjà réalisé quatre double-double (au moins dix unités dans deux catégories). Il est aussi efficace à domicile qu’à l’extérieur ce qui en fait l’un des joueurs les plus redoutés de Pro B.

Le coach azuréen pourra aussi faire confiance à Hilliard qui a des statistiques très proches de celles de Blue. Trevor Huffman (arrivé en 2011), plus en retrait par son rôle de meneur, se concentre sur l’organisation du jeu. Il laisse les points à Tim Blue. Cette cohésion parfaite de l’effectif ravit son coach. D’autant plus que les joueurs français se greffent parfaitement à ce noyau dur. L’équipe est en confiance mais le technicien d’Antibes reste tout de même prudent : « Un groupe est très soudé quand il gagne. Quand il perd on s’aperçoit qu’il a quelques failles. Je reste très vigilent. »

Les Sharks restent sur une série de trois victoires d’affilée. Si Alain Weisz veut garder la sérénité au sein de son groupe, cela passera par un nouveau succès chez le co-leader Pau, lundi.

Mathieu LAURENT