Aurélie Mignone : « Les métiers du journalisme ? Une remise en question de soi… permanente »

0
138

Trois ans après avoir obtenu son diplôme à l’EDJ, Aurélie Mignone, Journaliste, Animatrice sur Radio Monaco se confie sur son parcours professionnel et nous livre les qualités indispensables au journaliste.

« Pour présenter les matinales, il faut être volontaire, très motivé, sans doute un peu maso (sourire), mais le jeu en vaut en la chandelle. Une fois derrière le micro, il se passe vraiment quelque chose, en soi comme avec les auditeurs. C’est libérateur … », confie la jeune femme âgée de 27 ans. Diplômée d’une licence d’anglais et d’un Bachelor en journalisme audiovisuel obtenu à l’Ecole Nouvelles, Aurélie Mignone coanime l’émission GMT+ aux côtés de Jean-Christophe Dimino, Rédacteur en Chef de Radio Monaco, ancien étudiant de l’EDJ, tous les jours de la semaine entre 17h et 19h, ainsi que  la matinale du Week End, de 7h à 10h et de 17h à 19h.

« Pour réussir dans ce milieu, il faut être autonome, polyvalent, s’entourer des bonnes personnes mais également être tourné vers les autres … sincèrement », poursuit l’animatrice à la voix douce, dynamique, conviviale et claire. Durant ses études à l’EDJ, Aurélie Mignone effectue un stage sur Agora FM. Elle rencontre alors Vicky Berardi, journaliste et responsable d’antenne, qui deviendra « son mentor ». Une révélation pour l’étudiante en quête de rapports humains : « Vicki Berardi m’a transmis sa passion d’une ligne éditoriale tournée vers la société, la culture, l’écoute et l’échange. Je me suis épanouie au cœur du message alternatif ».

Il n’y a pas de « petit média »

Au début de sa carrière, la journaliste a travaillé sur des radios associatives locales, moins connues qu’Agora FM ou Radio Monaco. Les studios ne bénéficiant ni du prestige, ni des subventions relatives aux très grands médias, Aurélie Mignone a su faire ses armes en développant une polyvalence aussi bien technique que journalistique.

« Travailler avec de petits moyens sur le terrain est une méthode très formatrice. Etre obligé de tout faire soi-même comme lancer la radio dès 4 heures du matin, permet d’acquérir une confiance en soi plus confortable les premiers jours d’antenne sur un média à la portée plus importante », insiste la jeune femme qui se plait à « rester dans le mouvement ». A chaque métier ses difficultés. Les obstacles rencontrés sur le parcours de la journaliste lui ont permis « d’aller plus loin », de se dépasser grâce à une meilleure connaissance de soi et « l’expérience du terrain ».

« Il faut profiter de chaque instant. Aussi bien des périodes à l’antenne que des périodes plus calmes.  Les ralentissements professionnels sont parfois inévitables. Les doutes permettent de tirer profit des remises en question ». Les périodes de solitude ne sont pas rares dans ce milieu. Mais ces étapes sont parfois « bienfaitrices » dans la progression d’un journaliste. Bien souvent, la solitude représente un « garde fou »,  permettant d’extraire « avec recul »  les éléments positifs éclairant n’importe quelle situation.

                                                                       Propos recueillis par Marion CALVIERA

Crédit photo : DR

Tous les soirs de la semaine, Jean Christophe Dimino et Aurélie Mignone jouent avec les fuseaux horaires , de GMT – ( USA, Am Sud ) jusqu’à GMT + (Chine – Japon) en passant par Londres. Un programme Music & News orienté vers l’actu magazine. Infos, découvertes et curiosités du monde sur Radio Monaco.