Alternative bio pour sauver les palmiers

0
90

Un champignon pourrait préserver les palmiers azuréens des charançons rouges. Cette alternative 100% bio sera lancée le 7 mai.

Le charançon rouge menace les quelques 100 000 palmiers de la région PACA.

Le charançon rouge menace les quelques 100 000 palmiers de la région PACA.

C’est un fléau récurent quand les beaux jours arrivent sur la Côte d’Azur. Le charançon rouge, un parasite originaire d’Asie, dévore les palmiers de l’intérieur provoquant leur mort. Jusqu’à présent, ce sont des petits vers friands des larves de ces parasites qui étaient utilisées l’hiver pour les éradiquer. Une méthode sans danger pour l’homme et l’environnement. Mais ces petites bêtes, appelées “nématodes“, ne résistent pas à la chaleur estivale de la région. L’été, le Confidor prenait alors le relais. Ce produit chimique, interdit sur des aliments tel que le maïs depuis 2003, est soupçonné de nuire à la faune plus qu’il ne la protège. Cette année, le Copil CRP06 (Comité de lutte intercommunale contre la prolifération des charançons rouges) a décidé d’utiliser un champignon bio pour remplacer le produit chimique. “Nous voulons une solution biologique tout au long de l’année. Le Confidor utilisé sur du long terme peut avoir des effets nocifs, tant sur la nature que sur l’homme“ explique le bureau de Benoit Kandel, président de la Copil et adjoint au maire de Nice.

“85 à 90% des larves du charançon rouge détruites“

Beauveria bassiana. C’est le nom du champignon microscopique qui pourrait permettre la survie de nombreux palmiers. Ce champignon entre en contact avec l’insecte, germe dessus, et pénètre l’intérieur de son corps. Il provoque une mort imminente. Jusque-là, le charançon contaminé véhicule le champignon et permet donc sa prolifération.

 Il est conçu par l’entreprise varoise Végétech. Selon son laboratoire “Beauvaria bassiana détruirait 85 à 90% des larves du charançon“. L’entreprise n’a pas souhaité donner plus de détails sur le champignon en question avant son lancement officiel le 7 mai. Cette année, son utilisation sera seulement expérimentale. Son efficacité reste donc à prouver. Certains insectes développent une résistance naturelle au champignon. Si cette technique s’avère efficace, le ministère de l’Agriculture autorisera son utilisation définitivement.

______________________________________________________

Mieux connaître les charançons rouges

Baptisé le “tueur des palmiers“, le charançon rouge est un parasite qui menace les 100 000 palmiers de la région PACA. Cet insecte est originaire d’Asie et prolifère dans la région. Il a été identifié dans le Sud-Est de la France pour la première fois en 2006. Il est arrivé sur le continent Européen en Grèce sur des palmiers achetés pour embellir la ville à l’occasion des Jeux Olympiques de 2004. Les normes de sécurité qui prévoient une mise en quarantaine des arbres durant un an n’ont pas été respectées.

À sa taille adulte le charançon mesure de 3 à 4 centimètres. Il se déplace en essaim en volant de palmier en palmier. Arrivé sur les arbres il pond une centaine d’oeufs au niveau des palmes centrales, sur la tête du palmier. Les larves grossissent et mangent ses fibres. En France, il fait l’objet d’un arrêté national contre l’espèce.

ZOOM sur Végétech

L’entreprise varoise chargée de développer le champignon microscopique a été fondée en 2001 par Olivier Panchaud, jardinier paysagiste et Karine panchaud, biologiste. La société a été créée dans le but de trouver des solutions adaptées à tous les problèmes liés à l’environnement. En plus de l’entretien de jardins, l’élagage et la taille. L’entreprise a développé une activité de diagnostic, de traitements phytosanitaire et une partie recherche.

Axel Amouyal et Thibault Manchon-Bono