Achats de Noel : démarrage timide

0
238

Noël approche à grands pas. Quatre semaines avant la date tant attendue, c’est le grand calme dans les rayons jouets. Il est plus question de se creuser la tête et de traquer la promotion.

La poupée traditionnelle tente d’intimider la Barbie glamour. La voiturette d’antan résiste face au robot dernier cri. Bref, les jouets attendent sagement dans les rayons de vos grandes surfaces. Pas de grand rush pour l’instant. Selon un sondage IPSOS, 54 % des Français font leurs achats les deux derniers week-end avant Noël. Il y a donc ceux qui hibernent encore et ceux qui flairent la bonne affaire. « Les caddies ne se remplissent pas vraiment pour l’instant » nous explique le directeur des ventes à Carrefour Antibes. 4% du chiffre d’affaires du magasin est réalisé à Noël, grosse pression donc pour les distributeurs.

Les clients, quant à eux, sont là avant tout pour le repérage des cadeaux de Noël. Sophie, mère de trois enfants, « compare les prix » à l’avance pour ne pas effrayer le porte-monnaie. Le panier moyen par enfant varie de 50 à 200 euros dans cette enseigne. Un budget très important et pourtant certains parents ne « comptent pas se limiter » et préfèrent donc « faire l’impasse ailleurs» à l’instar de Benoit. A quelques jours de l’échéance, la liste est déjà prête et arrêtée. « Un jeu de construction, un hélicoptère télécommandé et un déguisement de Hulk » pour Louis, « une Barbie aux allures gothiques et un Ipod » pour Élisa, notre papa-poule n’a pas le choix !

Partout, on scrute la nouveauté et les grands-parents y perdent la tête. Sandrine a 62 ans et part à la conquête d’une « Wii ». Le chemin est encore long pour cette mamie qui n’a pour GPS qu’un catalogue que son petit-fils a marqué d’une croix.

Enfin, il y a le cyber-consommateur. Près d’un français sur quatre pratique la chasse aux trésors sur le net ; selon Médiamétrie. Plus impressionnant encore : l’an dernier, 16% d’entre eux avaient commencé leurs achats à la mi-novembre.

Ce soir, certains auront probablement terminé leurs achats par peur d’une rupture de stock. Contexte difficile oblige, d’autres guettent la prime de Noël. En attendant, il est permis à tout le monde de rêver.

Les jeux vidéos : indétrônables !

Chez Micromania France, 50 % du chiffre d’affaires est réalisé pendant les fêtes de fin d’année. Fifa 13, Black Ops 2 ou encore World Of Warcraft feront certainement une apparition remarquée sur la liste du père Noël. La France compte plus de 24 millions de joueurs actifs. Les lutins vont donc devoir prendre d’assaut Electronic Arts et Konami, entre autre. Des grandes maisons d’édition qui sortent leurs meilleures créations courant octobre. Une stratégie marketing rodée et des parents qui souhaitent investir dans du durable : à vos manettes !

Issam CHARHI