A l’abordage du fort brestois!

0
162

Ligue 1: Intercalée entre une campagne européenne concluante pour les clubs français et les quarts de finale de la coupe de la Ligue, la douzième journée de Ligue 1 pourrait être l’occasion de décanter un championnat compact où personne n’a encore tiré son épingle du jeu.

PSG – Marseille: Rarement ces dernières années le classico aura été aussi alléchant. Toujours en course dans leurs coupes d’Europe respectives et séparés de seulement deux points en championnat, Parisiens et Marseillais occupent le haut du tableau. Mais un classico sans souci extra sportif n’en serait pas un. Le doute plane toujours sur l’affluence dans un Parc des princes déserté depuis le début de saison (seulement 27000 billets vendus pour le moment), et la tribune visiteurs sera fermée par décision de la Préfecture de police de Paris. Sur le terrain, les deux équipes sont solides et la clé du match sera sûrement l’efficacité offensive.

Lille – Brest: Jusqu’où ira Brest? Invaincus en championnat depuis la 3e journée à Lyon, les brestois se déplacent à Villeneuve-d’Ascq en leader. L’attraction de la Ligue 1 a les dents longues et si les joueurs de « Sir » Alex Dupont restent aussi rigoureux et morts de faim sur le terrain, ils auront un coup à jouer. D’autant plus que les Lillois peinent à retrouver leur niveau de l’an dernier. Chanceux en Europa League face au Levski Sofia (2-2), les Dogues sont en quête de cohésion. Le groupe semble gangréné par les intérêts individuels depuis quelque temps. Les errances de Rami, la méforme de Mavuba et le désintérêt manifeste d’un Gervinho sont aussi incompréhensibles que pénalisant. Sans parler de la perle Eden Hazard qui cire de plus en plus le banc. Il est temps pour les hommes de Rudy Garcia de se ressaisir!

Nice – Toulouse: Victoire indispensable pour les Niçois ce dimanche au Ray. Défaits à Lens puis à Auxerre, les Aiglons sont en chute libre après un début de saison prometteur et flirtent avec la zone de relégation. Problème: la défense sera décimée par les absences de Mabiala et surtout Pejcinovic. L’occasion peut-être pour Eric Roy de tenter un coup et reconduire le schéma plus offensif de la deuxième mi temps face à Saint-Etienne lors de la 9e journée (deux milieux défensifs en soutien du dynamiteur Ben Saada). C’est certainement lors de ce match que le Gym avait montré son visage le plus séduisant. Un schéma permettant aux joueurs de varier leurs offensives et jouer dans l’axe au lieu de se cantonner à passer par les ailes. Bref 3 points indispensables avant d’aller à Gerland la semaine prochaine. Les Toulousains viennent eux sereinement. A l’affût les joueurs d’Alain Casanova font leur petit bonhomme de chemin en toute discrétion et pourrait en cas de bon résultat s’installer sur le podium de la Ligue 1.

Nancy – Monaco: Alerte rouge pour Monaco! Relégables avec 10 petits points au compteur, les joueurs de Guy Lacombe sont au plus mal. En plein doute, les Monégasques n’ont plus gagné depuis fin août en championnat. Privés de nombreux joueurs dont Coutadeur suspendu, ils essayeront de couper l’herbe sous le pied de Nancéens manifestement allergiques à leur nouvelle pelouse synthétique. Les statistiques sont frappantes: 1 victoire pour 5 défaites en 6 matchs joués à Marcel Picot cette saison! Mais Nancy reste aussi sur deux victoires consécutives. Jamais deux sans trois?(lien Florent)

Rennes – Lyon: Le classement général tronqué par le report du match Marseille-Rennes, les Rennais pourraient passer leaders. Les Lyonnais ne peuvent donc pas se permettre de les laisser s’échapper et voir s’éloigner le groupe de tête. Claude Puel pourra compter sur le retour de Jérémy Toulalan au milieu, l’occasion de faire souffler Maxime Gonalons. L’OL devra faire sans Lisandro Lopez, Aly Cissokho et César Delgado blessés ainsi que Grenier et Kolodzieczak suspendus. La défense sera encore une fois en chantier et Kallstrom ou Bastos devraient assurer l’intérim dans le couloir gauche. Côté rennais, Frédéric Antonetti ne cesse de répéter que son équipe n’est pas bâtie pour jouer les premiers rôles. La profondeur de banc, notamment en attaque, fait toujours défaut aux Bretons, mais ils se doivent de reconquérir un public qui reste sur sa faim après la défaite à domicile face à Montpellier. Quelques absences de taille viendront compliquer les affaires rennaises: Leroy, Kana-Biyic et Mangane sont suspendus.

Saint-Étienne – Lorient: 2 défaites à l’extérieur et un nul à domicile, les verts de Dimitri Payet (8 buts) marquent le pas après un début de saison tonitruant. Leur dernière victoire en championnat remonte au 25 septembre dans le derby face aux voisins lyonnais. Christophe Galtier ne pourra pas compter sur son international Blaise Matuidi, indisponible 15 jours. Quant à Lorient ils sont plus à l’aise à l’extérieur que sur leur nouveau synthétique. Il pourrait réaliser la bonne opération et quitter la deuxième partie de tableau. Les statistiques parlent d’ailleurs en faveur des Merlus qui se sont imposés dans le chaudron les deux dernières saisons. Kevin Gameiro aura un rôle primordial et devra confirmer son retour en forme après le contrecoup de sa sélection par Laurent Blanc. A noter l’absence du portier Fabien Audard.

Lens – Montpellier: Relégables, les Lensois font plus parler d’eux pour leurs différents problèmes internes( Demont/Kovacevic ) que pour la qualité de leur jeu. Les Sangs et Or qui enregistrent le retour de Chelle et Boukari devront prouver à leur président qu’ils ont du coeur. Exaspéré, Gervais Martel a fustigé l’attitude de ses joueurs sur le terrain et souhaite « arrêter le délire ». A l’opposé, les Montpellierins débarqueront à Bollaert dans une bonne spirale et avec un effectif au complet. René Girard, satisfait par les derniers résultats, devrait reconduire l’équipe qui a tenu le Paris-Saint-Germain en échec la semaine dernière.

Bordeaux – Valenciennes: Outre les pépins physiques qui se succèdent(Planus), les Girondins seront privés de leur capitaine et baromètre Alou Diarra qui doit purger encore 3 matchs de suspension. Face aux Bordelais, Valenciennes et ses 6 points pris en 6 matchs en déplacement. Moins enthousiasmant que l’année dernière les joueurs de Philippe Montanier viendront certainement pour fermer le jeu et assurer le match nul, notamment grâce au prolifique Grégory Pujol. Quoi qu’il en soit espérons que les deux équipes offriront enfin du spectacle, elles qui sont bien souvent trop brouillonnes depuis le début de saison.

Sochaux – Auxerre: Les Auxerrois réussiront-ils à remettre le couvert après leur victoire au courage et au forceps conte l’AJAX Amsterdam en milieu de semainé Première victime de poids de l’accumulation des matchs, l’indispensable Cédric Hengbart, d’ores et déjà out pour 1 mois. L’effectif restreint combiné à l’obligation de faire tourner fait planer des incertitudes sur le niveau de jeu que proposeront les Bourguignons. A Sochaux c’est la stabilité défensive qui fait cruellement défaut. Meilleure attaque de ligue 1 à égalité avec les marseillais(18 buts) les sochaliens sont trop perméables (16 buts encaissés) et reste surtout sur 3 défaites consécutives. Il est temps d’arrêter l’hémorragie pour éviter la crise, même si le calendrier de fin d’année semble plutôt favorable.

Arles-Avignon – Caen: Une confrontation entre deux promus qui, il faut l’avouer, laisse quelque peu pantois. Alors qu’on se demande toujours si Arles arrivera à trouver une dynamique de groupe après la gestion désastreuse de l’intersaison, les Caennais voient eux leur jeu s’effriter de semaine en semaine. Auteur d’un bon début de saison, Franck Dumas se heurte à la dure réalité d’un groupe limité en nombre et inexpérimenté. Caen n’a pris que 2 points les 3 derniers matchs et se reposera encore une fois sur le talent de son prodige El Arabi (7buts).

Thomas MICHEL