6 matches pour A. Diarra

0
197

Le nouveau capitaine des Bleus a écopé d’une suspension de six matches ferme pour avoir bousculé l’arbitre de la rencontre Auxerre – Bordeaux. La décision de la commission de discipline de la LFP, jugée « sévère » par Jean-Louis Triaud, paraît pourtant clémente aux vues des sanctions encourues pour ce genre de geste.

Auxerre – Bordeaux, 9e journée de Ligue 1, on joue la 70e minute lorsque l’arbitre de la rencontre Wilfried Bien avertit Alou Diarra. Mécontent d’écoper d’un carton jaune, le capitaine bordelais pousse l’arbitre d’un geste d’énervement. Immédiatement expulsé, le numéro 4 reviendra s’excuser avant de quitter la pelouse.

Depuis, Alou Diarra était suspendu à titre conservatoire avant son passage devant la commission de discipline de la Ligue. Verdict jeudi soir : six matches de suspension ferme et un retour probable contre Lille le 27 novembre. Une décision qualifiée de « sévère » par le président bordelais Jean-Louis Triaud. Il faut dire que sans son capitaine, Bordeaux n’a gagné aucun de ses trois derniers matches.

La Commission plutôt indulgente

Si le joueur espérait quatre matches de suspension, la sanction paraît tout de même légère à la vue de celle de six mois, infligée à Youssouf Hadji pour des faits similaires. D’autant plus que la protection des arbitres était au cœur des nouvelles consignes d’avant-saison. Mais le Nancéen, exclu pour avoir bousculé l’arbitre contre Valenciennes le 15 mai dernier, avait ajouté menaces et intimidations physiques à l’égard de M. Guillard.

Soucieux d’une suspension lourde pour son nouveau capitaine, Laurent Blanc avait appelé à la clémence de la commission, évoquant « un mec bien ». Que le sélectionneur se rassure, la suspension ne concerne pas les Bleus qui affronteront l’Angleterre en amical. « Si la bousculade est caractérisée, nous avons pris en compte le comportement de M. Diarra et ses excuses spontanées à l’arbitre » a conclu Pascal Garibian, président de la commission.

Damien Richy