Un espace culturel pour les plus démunis à Saint-Pierre d’Arènes

0
27

Grande première en France. Le sous-sol de l’Eglise Saint-Pierre d’Arène va ouvrir ses portes avec à l’intérieur un espace culturel et un restaurant social. L’objectif ? Offrir des repas à petits prix accompagnés de spectacles de théâtres et d’une épicerie sociale.

A l’Eglise Saint-Pierre d’Arène, rue de la Buffa, les bruits de marteau-piqueur ont remplacé les sons d’orgue. Pour cause, on s’empresse de finaliser les travaux du restaurant social qui va ouvrir ses portes dans moins d’un mois. Et le projet est conséquent ! 1 500 m2 à disposition pour ouvrir un espace multiculturel qui comprend un restaurant social, une salle de spectacle et un vestiaire à disposition des plus défavorisés. A l’origine de ce projet, le père Gil Florini a le souhait d’accueillir tout le monde « l’idée est que n’importe qui peut venir : des plus riches au plus pauvres avec des prix adaptés pour chacun ». Chaque midi, le restaurant social proposera une formule entrée-plat-dessert à un euro pour les plus défavorisés. « En plus de permettre à tous de manger on voulait un espace d’échange, c’est pour cela que tout le monde est convié » indique le prêtre. Un espace conviviale indépendant de l’église, un point sur lequel insiste le prêtre de l’Eglise Saint-Pierre d’Arène « on fait cela dans un but caritatif, personne n’est obligé de prier ». L’autre attraction de ce sous-sol sera la salle de spectacle. Pouvant accueillir plus de cent spectateurs, elle permettra à des troupes de théâtres amateurs de se faire remarquer et de permettre aux plus démunis d’accéder à des spectacles culturels.

Un projet important et coûteux

Avec un coût d’aménagement à hauteur de 2,8 millions d’euros, il faut des moyens. Pour cela, le père Florini a pu compter sur la mairie de Nice et le Conseil General. A eux deux, ils financent la moitié du projet, tandis que l’Eglise s’occupe du reste.  Au niveau de la rénovation, le style d’architecture a été conservé « on voulait garder le style boisé et au niveau des fondations on ne pouvait pas changer sinon tout s’effondrer » indique Martin Pourbaix, le responsable de l’espace culturel. Une cinquantaine d’ouvriers se relayent pour finir les travaux le plus vite possible après trois ans de chantier.

Il ne reste plus qu’à attendre le 4 décembre, date d’ouverture de l’espace multiculturel. En attendant, les Niçois peuvent profiter de l’épicerie sociale où le père Florini fait profiter, à tous, ses produits culinaires.

Valentin Carpentier