Un bon cru pour les judokas français ?

0
46

Les championnats d’Europe de Judo se sont achevés hier. La France termine première nation au tableau des médailles. Les Français ont remporté sept breloques, dont cinq en or.

Pour la quatrième année consécutive, les Bleus ont une nouvelle fois dominé ces championnats d’Europe, à Kazan (Russie). Pourtant, il s’en est fallu de peu. La Géorgie, deuxième au classement des médailles, a elle aussi remporté sept médailles, mais seulement deux en or.

De grosses individualités

Au niveau des titres remportés, la France peut être satisfaite. Les judokas français ont remporté cinq médailles d’or. A part en 2014, elle n’avait jamais fait aussi bien (à voir ici)

Les Bleus n’avaient pourtant pas fait de cette compétition un objectif prioritaire. Cyrille Maret (-100 kg) parlait d’une « compétition de préparation » en vue des Jeux Olympiques avant ces championnats. Mais la marge des meilleurs français sur leurs adversaires leur a permis de remporter plusieurs titres.

Un collectif moins fort

En terme de médailles, la France est loin de ses meilleures années (13 médailles en 2014).

Plusieurs raisons l’expliquent.

Tout d’abord la France s’est présentée sans plusieurs cadres. Loïc Pietri (-81 kg), champion du monde en 2013, et Clarisse Agbegnenou (-63 kg), championne du monde en 2014 sont blessés.

De plus, Loïc Korval est, lui, provisoirement suspendu par l’Agence Française de Lutte contre le Dopage*.

Enfin, l’équipe de France n’a présenté aucun de ses médaillés individuels dans l’épreuve par équipe.

Chez les femmes, les « remplaçantes » ont tout de même remporté une médaille de bronze. Mais l’équipe au complet aurait pu prétendre à bien mieux. Même analyse chez les hommes, classés, eux, quatrièmes.

* Suspendu pour trois « no-shows », trois absences lors de contrôle antidopage

 

Adrien Daugan