Tennis: quand la chaleur de Miami étouffe les têtes d’affiche

0
45

Rafael Nadal, John Isner ou encore Stan Wawrinka sont tombés dès leur entrée en lice dans le Masters 1000 de Miami. Les conditions extrêmes de chaleur et d’humidité proposées par le Tournoi peuvent-elles expliquer ces différentes surprises?

Près de 35°C en plein soleil, mais surtout un taux d’humidité avoisinant les 75% dans l’air en pleine journée. Les têtes d’affiches de la planète tennis n’assument pas leur statut dans ce tournoi de Miami, aussi bien dans les résultats que dans la manière.

Les têtes de série sont tombées les unes après les autres cette semaine, à l’image de Rafael Nadal (5e mondial), connu pour sa résistance sur les courts.

Le Majorquin a tenté sa chance jusqu’à l’épuisement face au modeste Damir Dzhumur (94e) mais a été obligé d’abandonner à cause d’une insolation contre son gré. « Je voulais aller au bout de ce match, mais j’ai décidé que ce n’était pas une bonne idée pour ma santé », a-t-il expliqué après la rencontre.

Cet exemple montre la difficulté d’évoluer sur les courts floridiens cette semaine. Stan Wawrinka (4e) assommé par les coups assassins du Russe Kuznetsov (53e), ou encore John Isner (13e), obligé de changer de t-shirt à plusieurs reprises à cause de la transpiration, n’ont pas résisté non plus à cette chaleur ambiante dès leur entrée en lice.

Habitué des matchs au long court, David Ferrer s’est fait prendre à son propre jeu en 16e face au surprenant Lucas Pouille, après environ 3 heures de jeu.

« Je ne pouvais pas tenir ma raquette » S.Halep (5eme mondial)

Thomas Berdych, programmé en ouverture des 16es de finale à 11h face à l’Américain Steve Johnson, est également passé près de la sortie.

Au ralenti sur ses replacements, en difficulté dès que l’échange dépassait les cinq coups de raquette, le Tchèque a évolué bien loin de ses standards habituels.

Le tableau masculin, décimé par 4 abandons lors du 2e Tour (Bellucci, Bedene, Stakhovsky, Nadal), a perdu l’un des seuls hommes capable de tenir la dragée haute à Novak Djokovic ces derniers temps.

Andy Murray, auteur de 53 fautes directes inhabituelles face à Grigor Dimitrov au 3e tour, n’a pas supporté ces conditions.

En conférence de presse après sa victoire face à Tsonga en 1/16eme, Roberto Bautista s’est plaint des conditions extrêmes auxquelles sont confrontés les joueurs.

 Victor Degioanni