Quelles sont les réelles chances du PSG après son nul 2-2 à domicile?

0
152

Avec le match nul 2-2 face à Manchester City, le Paris-Saint-Germain a réduit ce mercredi ses chances d’atteindre les demi-finales. La qualification s’annonce difficile. L’exploit n’a été réalisé que deux fois en 23 saisons de Ligue des champions.

Moins de 20% de chances d’y arriver

Faire match nul à domicile lors du match aller n’est pas un résultat positif. en encaissant deux buts, ça l’est encore moins. Le PSG, pour se qualifier, devra donc s’imposer lors du match retour en Angleterre ou obtenir un nul en marquant au moins trois fois. Des chances très faibles pour le club de la capitale.

Seulement deux exemples pour donner des idées au PSG

Depuis la création de l’actuelle Ligue des champions, lors de la saison 1992-1993, neuf matchs allers (lors des phases finales) se sont terminés sur un score de 2-2. Après ce résultat, seulement deux clubs se sont qualifiés pour le tour suivant.

Lors de la saison 2006-2007, le Milan AC avait concédé le match nul (2-2) face au Bayern de Munich à San Siro lors du quart de finale aller… avant de s’imposer 2-0 en Allemagne grâce à des buts de Clarence Seedorf et de Filippo Inzaghi. Un retournement important puisque le Milan AC est allé au bout de la compétition cette année-là.

[jwplayer mediaid= »25783″]

Toujours en quarts de finale, lors de la saison 2008-2009, le Manchester United de Sir Alex Ferguson se fait surprendre par le FC Porto (2-2). Au match retour, Cristiano Ronaldo donne la qualification aux Mancuniens d’une frappe exceptionnelle (1-0).

[jwplayer mediaid= »25779″]

Un exploit que le PSG a déjà… raté

Lors de la saison 2012-2013, le PSG et le FC Barcelone se quittent sur un score de 2-2 au match aller des quarts de finale au Parc des Princes. L’exploit n’était pas loin puisque le club de la capitale tient tête au Barça au retour (1-1). Et rate la qualification à cause de la règle des buts à l’extérieur.

Trois ans après, les hommes de Laurent Blanc semblent prêts à relever le défi.

[jwplayer mediaid= »25776″]

Thomas BLANCHON