Le Cannet : toutes ensemble avec leur toutou

0
24
Lydia, 74 ans, est l’aînée du groupe © E.J.

Ces dames promènent chaque jour leur chien au parc des Jades, au Cannet. Pour vaincre leur solitude, elles se réunissent ensuite à domicile pour pomponner leur animal. Entre amies.

Mardi, 11h. Au Cannet, le parc des Jades est déjà bien occupé. Comme tous les matins, Josiane y promène «l’homme de sa vie» : Jérôme, un cavalier King Charles de six ans. «C’est un petit bonheur quotidien. Pour lui et pour moi.» Pour cette Cannetane, cette balade se déroule à chaque fois de la même manière. D’abord, les courses : boulangerie, boucherie, crèmerie. Puis le parc, pour permettre à Jérôme de faire ses besoins. «Je n’ai plus de mari mais j’ai un chien. Il parle moins et donne plus d’amour. Tout ce qu’il demande c’est qu’on le sorte. C’est moins d’inconvénients qu’un homme il faut l’avouer», confie la retraitée de 69 ans.

Josiane ne tarde pas à être rejointe par ses copines du quartier et leur ami canin : Michelle et Caillou, le chihuahua. Noëlle et Bobby, le shih tzu. Lydia et Touchou, son bichon. Patricia, 44 ans, est venue avec Mascara, son spitz nain. «On s’est rencontrées ici. Depuis, on est devenues de vraies amies, et le groupe ne cesse de s’agrandir.» Ces femmes ont un point commun : elles sont seules. Divorcées, retraitées ou sans emploi… pour elles, la promenade aux Jades est comme un sas de décompression. «On vient ici, on discute de tout et de rien. C’est un moment agréable pour nous. Ça nous sort de notre solitude», raconte Lydia. Tenant en laisse Touchou, son bichon, l’Italienne de 74 ans a de l’humour. «D’habitude les hommes nous tiennent en laisse. Là, c’est nous qui avons le pouvoir !»

Aux petits soins pour leur chien

Josiane est allée faire ses courses plus tôt ce mardi. Car aujourd’hui, elle accueille dans son appartement ses «super copines» et leur «super chien». L’ancienne esthéticienne a prévu un programme aux petits oignons. Déjeuner, jeux, brossage. «On fait ça tous les mardis. Cette fois, c’est moi qui reçoit, mais on tourne», précise la sexagénaire. Dans la joie et la bonne humeur ces femmes discutent. D’actualité, de leur parcours. De leur côté, les chiens jubilent, coucounés. Jérôme, le cavalier King Charles, vient mendier quelques restes. Les bêtes participent presque au repas. Et quand vient l’heure du thé, l’odeur des biscuits attire. Cette fois, au tour de Touchou de quémander. «Il a toujours été gourmand», concède Lydia. Après avoir déjeuné, ces dames pomponnent leur toutou comme jamais. Le brossage ne plaît pas à tous. Mais l’esthétique, c’est important. «Ils sont comme nous, ils veulent rester beaux», sourit l’Italienne. Pas de doute, l’animal à quatre pattes est devenu bien plus qu’un compagnon : un véritable rempart contre le repli sur soi. «Quand mon mari m’a quitté, j’ai rapidement perdu mon emploi. Puis j’ai pris Mascara. Grâce à lui, j’ai rencontré de nouvelles amies, et j’ai repris goût à la vie», se souvient Patricia.

Pour alimenter ces journées qu’elles surnomment déjà «spécial toutous», Josiane et ses amies n’hésitent pas à faire venir des professionnels. «Une fois par mois, on accueille un spécialiste. Début mars, c’était une toiletteuse à domicile. En avril, ce sera certainement un éducateur canin.» Et les projets ne s’arrêtent pas là. Le groupe prévoit d’ouvrir un blog d’ici quelques mois. Josiane rêve même de créer une association. «Et pourquoi pas ? Comme ça, toutes les femmes seules pourraient avoir un peu de compagnie grâce à nous et aux chiens.» Affaire à suivre.

Etienne Jacob