Escape Game : 60 minutes pour résoudre un mystère

0
110
Nada Velemir et Martina Minic, prêtes à dévaliser le coffre fort de la banque (Photo : Chloé Devilliers)

Fox in a box, une simulation d’évasion grandeur nature, a débarqué à Nice l’année dernière. Une expérience unique où cambrioler une banque est un jeu d’enfant … Ou pas !

Au 29 rue Dellile, vous pouvez vous glisser dans la peau d’un cambrioleur rusé, d’un brillant scientifique ou encore d’un espion d’élite.

C’est ce que propose Fox in a box, un Escape Game mondial installé à Nice depuis juillet dernier. Nada Velemir, gérante du lieu, explique : « Par groupe de 2 à 5 personnes, vous jouez un rôle et êtes investi d’une mission à thème. Vous avez une heure pour la résoudre au travers d’énigmes et jeux de logique ».

Ici, pas question d’être enfermé dans une pièce « tout simplement parce que je  suis claustrophobe, s’amuse la gérante, il s’agit plus de marier jeu de rôle et Escape Game pour se retrouver vraiment en immersion dans le rôle, un peu comme un acteur ».

Avant d’entrer dans le bunker, la banque ou le laboratoire, les trois scénarios proposés, « on déguise les personnes pour les plonger complètement dans l’ambiance », précise Martina Minic, employée. Masque de cambrioleur et lampe torche pour la banque, plongée dans le noir. Blouse blanche et lunettes de protection pour le laboratoire, et veste militaire et casque pour le bunker.

Pour les scénarios et les décors, entièrement réalisé avec de la récupération et du recyclage, tout a été vu avec la franchise Fox in a Box, qui a déjà des Escape Game ouverts un peu partout en France et dans le monde. Le travail a été réalisé par un designer de jeux, mais aussi avec un psychologue. Pour la gérante, « c’est très intéressant d’analyser le comportement des gens lorsqu’ils se retrouvent sous pression. Les personnes réagissent vraiment très différemment ».

Du renforcement d’équipe à la demande en mariage

 La clé pour remporter la partie ? La communication. D’ailleurs, Nada Valemir remarque que beaucoup d’entreprises viennent pour faire du renforcement d’équipe. « Ça va des grandes sociétés de Sofia Antipolis aux petites PME. Entre collègues, ils viennent pour travailler ensemble à la résolution d’un problème, c’est très utile pour observer les réactions de chacun dans une situation de stress ».

Donna a récemment tenté l’expérience. Elle est conquise : « Nous étions toutes les cinq enfermées dans le bunker. Au départ, ça partait un peu dans tous les sens, mais on a vite compris qu’il fallait s’écouter et collaborer si on voulait s’en sortir. Bon, on a perdu, mais au moins on a gagné une vraie cohésion d’équipe au travail ».

Si cet Escape Game cible particulièrement les actifs entre 25 et 40 ans, toutes sortes de personnes s’y rendent, comme « des familles ou des étudiants, surtout pendant les vacances. On a beaucoup d’anniversaires et d’enterrements de vie de garçon aussi, ça représente près des trois quarts de nos réservations du week-end dernier par exemple », précise la gérante.

Pour Martina Minic, il s’agit là de « personnes qui ont compris comment utiliser le concept. En février, on a même eu une demande en mariage ! On avait caché la bague dans le coffre-fort de la banque, et évidemment on les a délibérément fait gagner ».

Chloé Devilliers