Du commerce équitable dans une école de business

0
63

Maria, étudiante et entrepreneuse, organise une vente d’objets péruvien à l’IPAG business school de Nice. Elle veut récolter des fonds pour des créatrices de son pays. Un grand feu a embrasé leur région.

De la taule froissée, des visages fermés et des ruines à n’en plus finir. Quelques une des dures scènes présentées par Maria Garcia ce midi. Ces images qu’elle brandit, ce sont celles de l’incendie du 4 novembre à Lima. « Nous soutenons la communauté et des ouvrières dont le lieu de travail est parti en fumée», explique la jeune femme. A l’IPAG business school* Nice, elle présente des articles, tout droit venus du Pérou. Derrière une petite table et une montagne d’accessoires, Jekaterina Lsajeva n’a pas hésité à apporter son aide « à un projet solidaire qui met en avant l’artisanat ». Sa camarade Maria a l’habitude. Elle vend des produits péruviens depuis décembre de l’année dernière. Etudes de business oblige, elle a créé une entreprise sociale. « Nuna pérù » promeut des créatrices de son pays d’origine : « Je reçois des objets que je revends sur différents campus ». Son activité est aujourd’hui dédiée aux victimes de l’incendie. Une démarche qui touche les étudiants.

14963650_1256427281044236_741380567_o

Maria Gracia (à gauche) présente des objets péruviens aux étudiants

C.P : L.B

Dans le hall de l’école, ils déplient des gilets en moumoute vert kaki et des ponchos à froufrou. Style vestimentaire peu commun en école de commerce. Jad Anbouba s’approche du stand. Il enfile une manchette en laine et apprécie : « Cela change de ce qu’on consomme d’habitude ». L’élève en master approuve le côté solidaire mais reste impressionné par l’organisation : « C’est une logistique monstrueuse,  j’aimerai aussi monter mon entreprise donc j’y suis sensible ». Poupées, bonnets, animaux miniatures, ceintures ou portes briquet, ces petits objets se vendent entre 15 et 50 euros. « Mon objectif c’est d’en faire partir une vingtaine aujourd’hui », garantie Maria. La Péruvienne tentera ensuite de récolter des fonds au campus parisien de l’IPAG business school.

*Institut de préparation à l’administration et la gestion