Des Français plus prudents au volant… Mais une mortalité en hausse

0
42

Selon les chiffres publiés par Axa Prévention ce mardi, les automobilistes français seraient plus responsables dans leur conduite. Pourtant, depuis deux ans, le nombre de tués sur la route augmente. Comment expliquer ce paradoxe ?

« Les sondés ont-ils dit la vérité ? ». C’est la question que se pose Jean-Pierre Guerrini, directeur du comité régional PACA et Corse de l’Association Prévention Routière (APR). Les chiffres révélés par Axa Prévention mettent en évidence des Français plus responsables sur la route entre décembre 2015 et janvier 2016.

Des automobilistes pas très honnêtes

Jean-Pierre Guerrini ne remet pas en question le sérieux de l’enquête d’Axa mais émet « un doute sur l’objectivité des réponses données par les automobilistes sondés. » Paradoxalement, le nombre de morts sur les routes en France augmente depuis deux ans. Les propos et comportements des personnes interrogées ne seraient pas cohérents : « Lorsque l’on fait des études dans les boîtes de nuit par exemple, les 3/4 des personnes qui déclarent ne pas boire ou presque pas, sont celles que l’on retrouve dans un état alcoolique au volant », explique Jean-Pierre Guerrini.

Jean-Christophe Grange, juriste de l’association Ecoute et Informations aux Victimes d’Accidents (E.I.V.A) a un avis plus tranché : « le rapport publié par Axa est un coup de pub, il ne faut pas oublier que c’est avant tout une compagnie d’assurances. »

Pourquoi autant de morts ?

« Il y a une augmentation globale de l’incivilité en France, surtout au volant », dénonce le directeur du comité régional PACA et Corse de l’APR. Les principales causes souvent évoquées : la vitesse, l’alcool, l’utilisation du portable pour téléphoner ou envoyer des SMS. Jean-Christophe Grange n’est pas du même avis. Les accidents seraient plutôt dus à « l’inattention, la maladresse ou les erreurs de conduite. »

Une prévention pas assez efficace

Le gouvernement a récemment mis en place de nouvelles mesures comme la baisse du taux d’alcoolémie dans le sang autorisé, de nouvelles limitations de vitesse, une augmentation des radars… Pour Jean-Pierre Guerrini, l’efficacité de ces décisions n’a pas encore eu le temps d’être visible, « pourquoi inventer d’autres moyens de prévention ? Faisons déjà respecter ce qui existe. »

Jean-Christophe Grange estime que les mesures de prévention ne sont pas adaptées : « il faudrait une formation plus poussée des automobilistes et un apprentissage plus sérieux des conséquences de la conduite. »

Eloïse Robert & Audrey Viala

Image : la-perche.fr